Contrôle Technique : sanctions, amendes et obligations

Contrôle technique professionnel centre auto agréé

En France, le contrôle technique est obligatoire pour les véhicules particuliers et les utilitaires légers, au bout de 4 ans pour une voiture neuve, puis tous les deux ans. Entretien-Auto vous détaille les risques encourus pour irrégularité selon la situation et vous explique les démarches nécessaires en cas de verbalisation.

Les risques encourus en cas d’oubli du contrôle technique

Si le contrôle technique est une obligation légale pour chaque automobiliste, il s’agit aussi d’une opération contraignante qui peut s’avérer coûteuse, surtout si une contre-visite est jugée nécessaire. Aujourd’hui, près d’un français sur cinq oublie que son contrôle technique est dépassé et doit être reprogrammé. A quelques jours près, il suffit d’un contrôle de police imprévu pour que la sanction tombe. Et la note peut s’avérer salée : le défaut de contrôle technique valide est puni par une amende forfaitaire de 135 € pouvant être minorée à 90 € (si le paiement a lieu dans les 3 jours suivant la verbalisation) et majorée jusqu’à 375 €. Cette amende correspondant à une contravention de 4ème classe est élevée précisément pour prévenir toute envie “d’oublier” volontairement le contrôle technique chez les automobilistes. En effet, ce dernier est une mesure essentielle de la sécurité routière, évitant la circulation de véhicules dangereux dans le parc automobile français. Si cette infraction n’entraîne pas de perte de point sur votre permis de conduire, elle peut en revanche justifier une immobilisation de votre véhicule jusqu’à ce que la visite de régularisation ait lieu, assortie d’une confiscation de votre carte grise.

Que faire après une amende pour défaut de contrôle technique  ?

Dans le cas de figure où votre carte grise vous a été confisquée à la suite d’une amende pour contrôle technique invalide, vous disposez de 7 jours pour régulariser votre situation en effectuant la visite dans un centre auto agréé. Pour le trajet jusqu’à ce dernier, les autorités doivent vous remettre une autorisation de circulation temporaire. Une fois l’opération terminée, vous pouvez vous présenter à la gendarmerie en possession de vos papiers d’immatriculation avec le procès verbal du contrôle technique afin de vous faire restituer votre carte grise. Bien sûr, cela ne vous dispense en aucun cas de régler l’amende et les éventuels coûts de réparation prescrits par le centre auto si le contrôle technique est mauvais.

Visite et contre-visite : obligations

A l’issue du contrôle technique, le centre auto dresse un procès verbal en deux exemplaires qui ont valeur de preuve. Si l’opération n’a révélé aucun défaut justifiant une contre-visite, un reçu ainsi qu’une vignette CT de pare-brise mentionnant le mois et l’année du prochain contrôle technique vous sont remis. Un timbre portant la lettre A est alors apposé sur la carte grise de votre véhicule. Si en revanche le contrôle technique s’avère mauvais, un timbre avec la lettre S est collé sur la carte grise, indiquant qu’une contre-visite est nécessaire. L’omission volontaire ou non de cette dernière expose le conducteur à la même amende forfaitaire qu’un défaut de contrôle technique, soit 135 euros.

Et en cas d’accident ?

L’absence de contrôle technique valide n’annule pas obligatoirement les garanties de l’assurance. D’abord, en cas d’accident non responsable, vous êtes indemnisé(e) que le CT soit à jour ou non. En cas d’accident responsable en revanche, tout dépend de votre contrat d’assurance et de ce qu’il prévoit pour l’absence de contrôle technique valide. Dans tous les cas, les dommages matériels et corporels causés à un tiers sont remboursés puisque cela relève de la garantie responsabilité civile.

Pour bien préparer votre contrôle technique et ne rien oublier, Entretien-Auto vous livre aussi son mémo du CT et ses conseils.

Comment récupérer des points ?

Récupérer des points de permis

Les chiffres 2016 n’ont pas encore été publiés mais, pour rappel, ce sont plus de 12 millions de points qui ont été retirés en 2015. Bien plus de la moitié des points soustraits, 7,7 millions précisément, concernent des excès de vitesse. Plus rageant, 48,7% des points retirés l’ont été pour des infractions à 1 point, + 4,3% en comparaison avec 2014. Enfin, 69 050 permis ont été suspendus.

Problème, vous êtes beaucoup à être incapables de vous séparer votre véhicule. Il vous permet d’aller en vacances, de chercher vos enfants à l’école, faire vos courses, vous rendre sur votre lieu de travail. Ainsi, conserver les points sur votre permis est une nécessité. Dans ce contexte, vous êtes nombreux à vous poser la question : que faire en cas de perte de points ?

Outre la solution radicale qui consiste à tout simplement revendre votre voiture et trouver un moyen de transport alternatif pour vous déplacer, vous avez toujours la possibilité de récupérer vos points perdus. Dans ce cas précis, il faudra s’armer d’un peu de patience. L’État a d’ailleurs mis en place deux principaux dispositifs pour y parvenir : un premier sur la base du volontariat et un système de récupération automatique.

Récupérer des points volontairement avec un stage de sensibilisation à la sécurité routière

Réaliser une estimation de votre auto pour vous en séparer ? C’est sont là les quelques possibilités qui s’offrent à vous. À cela s’ajoute donc la possibilité de récupérer 4 points en participant à un stage de sensibilisation à la sécurité routière. Se déroulant sur deux jours, et d’une durée de 14 h, il a pour but de sensibiliser les participants aux dangers routiers et à la nécessité d’un meilleur partage de la route. Il est animé par deux spécialistes de la sécurité routière.

Pour y participer, de nombreux portails en ligne tels que POINTS12 vous proposent des stages de récupération de points dans toute la France. Vous aurez la possibilité de choisir le stage de sensibilisation à la sécurité routière qui vous convient le mieux, aussi bien au niveau de la date qu’au niveau de l’emplacement. L’inscription est payante, les prix variant selon les dates et les centres organisateurs.

Vous avez la possibilité de ne récupérer des points activement qu’une fois par an. Pour vous inscrire de nouveau à un stage de récupération de points, et ainsi récupérer 4 points sur votre permis de conduire, il vous faudra attendre le délai d’un an et un jour.

Récupération de points obligatoire pour les jeunes conducteurs

Le stage de sensibilisation à la sécurité routière est obligatoire si vous êtes un jeune conducteur et que vous avez commis une infraction entraînant une perte d’au moins 3 points sur le permis de conduire. Dans ce cas-là, vous aurez 4 mois pour vous inscrire à un stage de récupération de points afin de vous faire rembourser votre amende.

Récupérer des points automatiquement après un certain temps

Vous avez aussi la possibilité de récupérer des points sur votre permis de conduire en attendant un certain délai sans commettre une autre infraction entre temps :

  • Après 6 mois, vous récupérez le point que vous avez perdu lorsque vous avez commis une infraction entraînant le retrait d’un point (comme par exemple un excès de vitesse inférieur à 20 km/h hors agglomération)
  • Après 2 ans, vous récupérez l’ensemble de vos points mais il faut que les infractions que vous avez commises appartiennent aux 3 premières classes de contravention.
  • Après 3 ans, vous récupérez tous vos points, que vous ayez commis une contravention de 4ème ou 5ème classe ou un délit.

Les personnes titulaires d’un permis probatoire ne sont pas concernées par la règle des 2 ans et la règle des 3 ans.

Comment changer les plaquettes de frein de sa voiture ?

Icône plaquettes de frein

Les plaquettes de frein ont un rôle très important dans le système de freinage d’une voiture. Si les vôtres sont usées, alors vous pouvez les remplacer vous-mêmes, à condition de suivre les instructions d’Entretien Auto à la lettre !

Avant de commencer :

Avant de vous lancer, respectez bien le point suivant : il est impératif de changer les plaquettes de frein de chacune des roues de votre voiture. En effet, des pièces d’usure différente peuvent provoquer un déséquilibre au niveau du système de freinage. Sachez qu’il faut aussi remplacer les disques de frein en même temps. Afin de savoir quel type de plaquette de frein acheter, commencez par consulter le livret d’entretien de votre voiture. Celui-ci vous indiquera la référence adaptée afin de pouvoir vous procurer les nouvelles pièces en centre auto ou en magasin spécialisé.

Outils à prévoir :

  • Les nouvelles plaquettes ;
  • Un cric ;
  • Une clé en croix ;
  • Une brosse métallique ;
  • Un jeu de clé allen (la taille 7 devrait suffire) ;
  • De la graisse ;
  • Un repousse piston.

Une fois munis de vos outils, commencez par placer votre voiture sur une surface plane. Sachant que vous allez surélever votre véhicule à l’aide du cric, il faut donc vous assurer que son emplacement soit stable.

Méthode pour remplacer ses plaquettes de frein :

comment remplacer les plaquettes de frein de sa voiture ?

  1. A l’aide de la clé en croix, desserrez les écrous de la roue en tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre ;
  2. Positionnez le cric en bas de caisse près de votre pneu, puis soulevez la voiture ;
  3. Retirez la roue complètement ;
  4. Ôtez les caches de protection des vis de l’étrier, afin de pouvoir ensuite les retirer grâce à la clé allen. Afin d’accéder plus facilement aux vis, tournez le disque de frein vers vous ;
  5. Vous pouvez désormais enlever l’étrier de son emplacement, en le tirant de haut en bas ;
  6. Cet élément est toujours relié au témoin d’usure. Pensez donc bien à les séparer en enlevant la fiche ;
  7. Ôtez les anciennes plaquettes, logées dans l’étrier. Généralement, l’une des deux pièces est durement fixée et il est difficile de la retirer à la main. Aidez-vous d’un tournevis afin de provoquer un effet de levier, cela permettra à la pièce de sortir plus facilement ;
  8. Avant de placer les nouvelles plaquettes, pensez à nettoyer l’étrier à l’aide de la brosse métallique ;
  9. Plus les plaquettes d’une voiture s’usent, plus elles deviennent fines. Le piston logé dans l’étrier s’avance donc au fur et à mesure. En revanche, les pièces neuves sont plus épaisses, il faudra donc repousser le piston au fond de son emplacement afin qu’elles puissent rentrer. Pour cela, utilisez le repousse piston ;
  10. Vous pouvez désormais placer vos nouvelles plaquettes. Celle qui possède la fiche doit toujours être positionnée contre le piston ;
  11. Reposez l’étrier sur le disque, puis raccordez la fiche au témoin d’usure ;
  12. Ajoutez de la graisse sur les vis avant de les resserrer ;
  13. Replacez les embouts de protection ;
  14. Remontez le pneu.

Il ne vous reste plus qu’à changer le disque de frein, puis de réitérer l’opération pour les trois autres roues. Avant de prendre la route, n’oubliez pas d’actionner la pédale de frein plusieurs fois afin qu’elle se durcisse.

Choisir le bon garage pour faire réparer sa voiture

Réparer une voiture au garage

Aïe, Titine a besoin d’une révision ou d’une réparation ? En soi, rien de méchant, mais vous n’avez pas l’habitude de vous rendre dans un garage et ne connaissez pas ceux des alentours. Aucun problème, Entretien Auto vous livre ses conseils pour faire le bon choix de garage !

Quel garage pour quelle réparation ?

Clé à molette pour garagiste

Pour commencer, il est important pour vous de savoir que vous n’êtes pas obligé de vous rendre en concession pour bénéficier de la garantie constructeur de votre véhicule. Ainsi, vous pouvez choisir plus librement et sereinement le type de garage dans lequel vous rendre, en fonction du modèle de votre voiture et du problème à régler.

Ainsi, vous pouvez choisir de vous rendre chez un garagiste indépendant pour des réparations très variées. Certains garages sont multimarques, mais d’autres sont spécialisés dans une marque constructeur, sans pour autant vous faire payer le prix fort d’une concession. Parfait ! Cependant, ces dernières demeurent les structures référentes en cas de problème technique pointu.

Enfin, rendez-vous dans un centre auto si votre véhicule n’a besoin que d’un service rapide. Vidange, changement des amortisseurs ou des pneus, etc., ces centres sont spécialisés dans les courtes opérations de maintenance. Bonus : vous pouvez généralement y acheter la plupart des équipements nécessaires à l’entretien de votre voiture !

L’état du garage sur place

Voiture, roue et fumée

En arrivant au garage, jetez un œil autour de vous pour vous rendre compte de l’état des lieux. Vous avez l’impression d’entrer dans une casse et non pas dans un garage ? C’est peut-être mauvais signe et vous avez sans doute envie d’un professionnel automobile qui prenne soin de la vôtre.

N’hésitez pas non plus à vérifier le type de voitures dont s’occupe le garage dans lequel vous vous trouvez, afin de vous assurer de sa compétence à réparer Titine. En effet, de plus en plus, les modèles automobiles récents requièrent des compétences techniques bien spécifiques.

Dans l’atelier, vous pouvez user de la propreté ambiante comme indicateur du soin apporté aux réparations et aux véhicules sur place. Evidemment, huile, cambouis et autres saletés font partie intégrante du quotidien d’un garagiste ; néanmoins, ce n’est pas parce qu’un garage est plus sale que son voisin qu’il est meilleur. Si un professionnel prend le temps et la peine de nettoyer son atelier, alors on peut l’espérer aussi soigneux envers les véhicules qu’il répare !

Le prix des réparations

Billet, argent, prix et tarifs

Hé oui, bien évidemment, les prix pratiqués par un garage vont constituer pour vous un facteur décisif. En France, les structures de réparation et d’entretien automobile sont libres d’exercer les tarifs de leur choix, mais doivent néanmoins préciser le coût horaire de la main-d’oeuvre, ainsi que le détail forfaitaire des prestations proposées. Ce, à l’endroit où est reçue la clientèle. Si la garage n’affiche pas ses tarifs, fuyez sans demander votre reste !

Enfin, si le problème de votre voiture n’est pas urgent, alors n’hésitez pas à prendre rendez-vous chez plusieurs garagistes afin d’obtenir de multiples devis. Ainsi équipé, vous pourrez comparer les différentes propositions, éventuellement faire jouer la concurrence… Bref, le schéma de négociation habituel. A vous de jouer !

Quand changer sa climatisation automobile ?

quand remplacer climatisation de voiture

La climatisation d’une voiture n’est pas éternelle et doit être changée régulièrement. Certains signes indiquent très clairement qu’il est temps de la remplacer. Sachez reconnaître les défaillances avec Entretien Auto.

L’air de la climatisation n’est plus froid

quand remplacer climatisation de voiture

Une climatisation en bon état de marche doit fournir du froid seulement quelques secondes après son activation. L’un des signes les plus courants d’une climatisation usagée est donc l’absence d’air froid qui sort des bouches d’aération. Si vous sentez que la température du flux est tiède voir chaude, alors c’est que l’une des pièces est défectueuse. Cela peut être dû à un manque de réfrigérant ou bien une défaillance du détendeur. S’il s’agit bien d’une charge de fréon insuffisante, vous pouvez vous rendre chez un spécialiste qui vous installera une nouvelle bouteille de gaz. Il est conseillé de recharger cette pièce tous les trois ans. Il est aussi possible que le condenseur soit colmaté ou que le compresseur ne soit plus en état de marche.

L’odeur est désagréable

Au moment d’enclencher votre climatisation, il se peut que l’air expédié présente une mauvaise odeur, ressemblant à celle provoquée par de la moisissure. Dans la plupart des cas, ce problème provient d’un filtre à pollen usagé. Ce système qui permet de filtrer les saletés qui s’accumulent dans le circuit d’air doit être remplacé tous les deux ans afin de pouvoir remplir sa fonction. Vous pouvez remplacer le filtre à pollen de votre voiture très facilement vous-même. Comptez entre 20 et 50 € pour cette pièce, disponible en magasin spécialisé.

Une odeur désagréable sortant de la climatisation peut aussi provenir d’une accumulation de bactéries dans le circuit. Un surplus de germes va entraîner des mauvaises odeurs mais peut aussi provoquer des allergies chez les occupants de la voiture. Il existe sur le marché des produits antibactériens ayant pour mission de nettoyer les composants du circuit de climatisation.

Le système de climatisation est bruyant

Au moment d’activer votre climatisation, il se peut qu’un bruit métallique se fasse entendre. Cela signifie que le compresseur est défectueux, et doit être remplacé par un professionnel. Une panne de cette pièce peut provenir d’un manque de liquide frigorigène. Celui-ci est à recharger régulièrement afin d’éviter la casse, car c’est une pièce très coûteuse.

Vous connaissez désormais tous les signes avant-coureurs d’une climatisation défaillante. Il est important de contrôler régulièrement l’état de son circuit d’air afin de ne pas tomber sur une panne, surtout durant les beaux jours !

 

Bien préparer sa voiture avant un départ en vacances

comment bien préparer sa voiture avant un départ en vacances ?

L’arrivée des beaux jours approche et vous souhaitez planifier un départ en vacances ? Commencez par bien préparer votre voiture en amont afin que votre trajet se fasse dans les meilleures conditions !

Vérifiez l’état de votre voiture avant un départ en vacances

Vérifiez l'état de sa voiture avant un voyage

Les pneumatiques

La toute première chose à vérifier avant un long voyage est l’état des pneus de votre voiture. Sur la route des vacances, un véhicule rempli de bagages va mettre les pneumatiques à rude épreuve. Il est donc indispensable de partir avec des pneus en bon état, prêts à supporter le trajet. Pensez donc bien à vérifier que la gomme de chaque pneu ne soit pas arrivée au niveau des témoins d’usure, placés dans les rainures. Si tel est le cas, il faudra changer impérativement les pièces. Quelques jours avant votre départ, regonflez vos pneus à la pression prévue pour l’autoroute, selon la notice constructeur. Des pneumatiques sous-gonflés risquent d’augmenter votre consommation en carburant et de vous exposer à un accident en cas d’éclatement. Toutes ces conditions s’appliquent aussi à la roue de secours !

Les niveaux

Afin d’être sûr que votre voiture soit totalement prête, passez ensuite au contrôle de tous les niveaux de votre voiture. La liste est longue, mais cela vous assurera que le véhicule est bien paré pour la route. Commencez par contrôler tous les liquides (frein, refroidissement, lave-glace), sans oublier l’huile moteur. Il faut que chaque niveau soit situé entre les indices inférieur et supérieur de la jauge.

La signalisation

Passez ensuite à l’examen des phares, des feux de stop et des clignotants de votre voiture. Une ampoule de clignotant défectueuse par exemple, se remarquera si le bruit est différent ou si le feu reste allumé en permanence. Pour les autres ampoules, placez votre voiture contre un mur afin de pouvoir visualiser ou non la lueur des phares.

La climatisation

La climatisation est un point à ne surtout pas oublier si vous partez au soleil. Si la production de froid se fait attendre ou si l’air expédié a tendance à être tiède voir chaud, alors c’est que le niveau de gaz réfrigérant est insuffisant. La présence d’une odeur désagréable peut aussi être due à un encrassement du filtre à air, qui doit être remplacé tous les ans. Pour compléter afin de réduire la température de l’habitacle, vous pouvez aussi acheter des rideaux pare-soleil à placer sur les vitres latérales.

La révision

Si la révision de votre véhicule approche, réalisez-la plutôt dès maintenant afin de ne pas prendre de risques durant votre voyage. Même si aucun problème n’est à signaler, il est tout de même plus prudent de faire contrôler votre véhicule par un spécialiste deux semaines avant le départ.

La visibilité

L’une des conditions indispensables pour un voyage en toute sécurité est la bonne visibilité à bord. Cela passe dans un premier temps par l’état du pare-brise, qui ne doit pas présenter d’impacts, d’éclats ou de fissures. Examinez aussi vos essuie-glaces afin qu’ils puissent vous assurer une bonne visibilité en cas d’intempérie. Si ces derniers laissent des traces sur le pare-brise, c’est qu’il faut les remplacer.

Vérifiez votre assurance

vérifier son assurance de voiture avant un voyage

Lorsque l’on s’apprête à parcourir beaucoup de kilomètres, mieux vaut s’assurer que sa voiture est en règle. Regardez ainsi avec votre conseiller la palette de couvertures que comprend votre contrat d’assurance. Pensez par exemple à demander s’il est possible de donner le volant à une autre personne. Si vous partez à l’étranger, assurez-vous que le/les pays que vous allez traverser sont bien mentionnés sur votre carte verte. Profitez-en pour réunir tous les papiers du véhicule dans la boîte à gants en cas de contrôle : permis, carte grise, attestation d’assurance, constat amiable.

Planifiez votre voyage en amont

planifier son voyage en voiture

La clé d’un départ sans précipitation et sans stress, c’est l’anticipation. Commencez par préparer votre itinéraire quelques jours à l’avance via Internet, afin de calculer votre temps de parcours et d’avoir une idée des axes à emprunter. Regardez aussi les prévisions du trafic routier grâce à Bison Futé, afin d’éviter de partir lors des jours à forte affluence.

Bien charger votre voiture

comment bien charger sa voiture avant un voyage

Ça y est, votre départ est imminent et il ne vous reste plus qu’à charger la voiture. Cette opération peut s’avérer être une partie de Tetris interminable si vous ne vous y prenez pas de la bonne façon. Commencez par placer au fond du coffre les valises, en vous assurant qu’aucun objet de première nécessité ne soit à l’intérieur. Calez-les ensuite à l’aide de sacs souples. Veillez à ce qu’aucun objet ne soit présent sur la plage arrière, car ils peuvent se transformer en projectiles mortels en cas de freinage brusque.

Et sur la route ?

conseils sur la route lors d'un voyage en votiure

Il est vivement conseillé de prendre la route après une bonne nuit de sommeil et un repas léger. Bien que conduire de nuit soit un moyen d’éviter les encombrements sur la route, il n’est pas recommandé de rouler à cette période et la journée entre 13h et 15h, car le risque de somnolence est plus élevé.  

Pensez à prendre de quoi grignoter et des bouteilles d’eau, et essayez de faire une pause d’un quart d’heure toutes les deux heures sur le trajet des vacances. Au moindre signe de fatigue, arrêtez-vous à l’aire d’autoroute la plus proche pour vous reposer et n’hésitez pas à passer le volant à votre conjoint. N’oubliez pas d’avoir à portée de main une trousse à pharmacie ainsi que des sacs en plastique au cas où les passagers auraient mal au cœur !

Le trajet des vacances ne s’improvise pas au dernier moment. De nombreuses conditions sont à prendre en compte afin que le trajet soit agréable. Lisez bien attentivement tous nos conseils de préparation et bon voyage !

 

Trouver la voiture de location idéale en vacances

conseils pour bien choisir sa voiture de location pour les vacances

Alors que les vacances d’été approchent à grand pas, certains d’entre vous vont choisir de louer une voiture de location une fois sur place. Pour trouver l’offre idéale au meilleur rapport qualité-prix, il est nécessaire d’être attentif à certaines conditions.

Evaluez vos besoins

Avant de vous lancer dans la recherche d’une voiture de location, commencez par évaluer précisément le type de véhicule idéal pour vos vacances. Cette réflexion vous évitera de surestimer vos besoins et ainsi de payer plus cher. Pour choisir le modèle qui vous convient le mieux, posez-vous les questions suivantes :

  • De quel type de véhicule ai-je besoin ? Pour cela, pensez au nombre de personnes qui seront présentes à bord et au volume estimé des bagages. Une famille aura tout intérêt à opter pour un SUV ou un monospace, tandis qu’une citadine compacte conviendra parfaitement à un couple. Penchez-vous aussi sur le type de chaussée que vous allez emprunter durant vos vacances. Pour des trajets sur des chemins sinueux, privilégiez un 4×4 et sur des routes pentues, ne choisissez pas un modèle doté d’une motorisation trop faible.
  • Combien de kilomètres vais-je parcourir ? Cela n’est peut-être pas évident à estimer précisément, mais tentez de calculer environ la distance que vous allez parcourir chaque jour. Les loueurs de voiture ont en effet la fâcheuse tendance à vous facturer les dépassements kilométriques. Optez donc pour une offre adaptée à vos besoins en incluant une petite marge de sécurité.

Comparez les offres

Une fois votre modèle de véhicule idéal bien en tête, comparez attentivement les annonces de location. Il existe aujourd’hui sur Internet des plateformes telles que Liligo ou Rentalcars, qui permettent de confronter les offres de nombreux loueurs de voiture. L’une des erreurs les plus courantes est de ne choisir un véhicule de location qu’en fonction de son prix, alors que beaucoup d’autres conditions sont aussi à prendre en compte.

Surveillez le contrat d’assurance

Vous trouverez pour chaque offre de location de nombreuses assurances et options proposées. Il est très important de lire attentivement ces conditions et surtout les clauses d’exclusion. En règle générale, l’assurance de base, soit celle qui inclut les dommages corporels et matériels, est comprise dans le prix de la location. Vous pouvez compléter cette offre avec une assurance complémentaire, selon le type de voyage que vous allez effectuer.

Afin de ne pas payer des frais supplémentaires en cas de dommages, nous vous conseillons de souscrire à une assurance “zéro franchise”. Assurez-vous avant que votre carte bancaire ne couvre pas déjà ce contrat, afin de ne pas payer en double. Dans la liste des frais additionnels qui pourraient vous être facturés, regardez bien les taxes d’aéroport, les pénalités de retard ou encore les suppléments selon l’âge du conducteur.

Dans la plupart des cas, il est obligatoire de rendre une voiture de location avec le plein d’essence. Certaines offres à très bas prix vous proposent d’acheter le premier plein à la prise en charge du véhicule, mais de le restituer avec le réservoir vide. Sous ses airs de bonne affaire, cette offre n’est en réalité pas avantageuse, car le premier plein vous sera facturé à un prix bien plus élevé qu’en station-service.

Inspecter votre voiture de location

Ca y est, vous êtes prêt à tailler la route à bord de votre voiture de location ! Pensez bien avant de partir d’effectuer une inspection du véhicule en présence du loueur. Observez les moindres recoins de la voiture et assurez-vous que les dommages déjà présents soient bien pris en compte par l’entreprise. A l’intérieur, n’hésitez pas à vérifier que le kilométrage indiqué sur le compteur soit bien le même que celui apposé sur le contrat de location.

La remise du véhicule

Comme dit précédemment, la plupart des contrats de location exigent que la voiture soit rendue avec le plein de carburant. Pensez donc bien le jour du départ à repérer une station-service près du loueur afin d’y prendre de l’essence avant de rendre le véhicule. En cas d’oubli, le loueur vous facturera le plein à un prix deux fois supérieur à la normale. Il est également conseillé de laver la voiture si celle-ci est trop sale, car le loueur peut exiger des frais de remise en état. Une fois le modèle de location restitué, inspectez l’état du véhicule toujours en présence du loueur. N’oubliez pas de demander un contrat écrit stipulant que le véhicule est en bon état. En effet certaines agences pourraient, une fois la location terminée, vous facturer des dommages qui auraient été constatés par la suite.

Bien que diverses conditions soient à prendre en compte, il ne faut pas avoir peur de louer une voiture pour autant. Il suffit simplement de lire les conditions des offres en intégralité afin d’éviter toutes mauvaises surprises. Si vous prenez le temps de la réflexion pour comparer attentivement les voitures de location, alors vous devriez trouver chaussure à votre pied aisément !

 

Boîte de vitesses manuelle ou automatique : que choisir ?

Alors que la boîte de vitesses manuelle reste très répandue en Europe, le système automatique, cher aux Américains, tend à se développer sur le Vieux Continent. Avec Entretien Auto, apprenez à choisir sereinement entre ces deux boîtes de vitesses.

La boîte de vitesses manuelle

boite de vitesses manuelle

Les avantages

Sur le Vieux Continent, la majorité des voitures roule à l’aide d’une boîte de vitesses manuelle, qui permet de changer de rapport à la main. Si ce système de transmission est autant plébiscité en Europe, c’est parce qu’il procure aux conducteurs de meilleures sensations de conduite. Autrement appelée BVM, la boîte manuelle a en effet l’avantage de laisser l’automobiliste contrôler librement le changement de rapport et de mieux ressentir les accélérations de son véhicule. En jonglant intelligemment entre les différentes vitesses selon son allure, il est ainsi possible d’adopter une éco conduite et d’effectuer des économies de carburant. Autre avantage, une voiture à boîte manuelle est moins chère à l’achat, et son entretien s’avère plus facile.

Les inconvénients

Pour tous ceux qui conduisent en ville et qui tombent régulièrement dans les bouchons, le changement constant de vitesse peut vite devenir agaçant. Le fait de devoir passer et rétrograder les rapports continuellement rend la conduite moins fluide et moins tranquille pour le conducteur. A cela s’ajoute, la consommation de carburant, supérieure à celle d’une boîte automatique en milieu urbain. Passer son permis de conduire avec une voiture manuelle demande également plus de temps d’adaptation qu’une automatique.

La boîte de vitesses automatique

boite de vitesses automatique

Les avantages

De l’autre côté de l’Atlantique, la boîte automatique est la star des voitures américaines. Avec ce système de transmission, le véhicule ne comporte plus qu’une pédale de frein et d’accélérateur, celle d’embrayage ayant disparu. Comme son nom l’indique, la boîte automatique change de vitesse indépendamment du conducteur, selon l’allure du véhicule. Ce type de transmission a l’avantage de ne pas déranger le conducteur, qui peut ainsi garder les deux mains sur le volant tout en se concentrant sur la route. La conduite est donc plus sereine, car il n’y a pas à se soucier des changements de rapport. Un avantage de taille notamment dans les bouchons, où devoir passer systématiquement d’une vitesse à une autre peut vite devenir contraignant. Lors de trajets en ville, la consommation de carburant est ainsi optimisée avec une boîte automatique, contrairement à une manuelle. Sachez qu’il est désormais possible en France de passer son permis de conduire avec une voiture automatique. Ce système étant beaucoup plus facile à prendre en main, les heures de conduite sont donc réduites et les frais d’auto-école aussi !

Les inconvénients

Malgré ses nombreux atouts, la boîte automatique reste marginale en Europe et notamment en France. Se procurer une voiture équipée de ce type de transmission vous coûtera donc plus cher qu’une boîte manuelle. Il faudra ainsi compter environ 1 200 à 2 300 € de plus pour ce genre de modèle. Autre inconvénient, passer d’une boîte automatique à une manuelle demande un temps d’apprentissage plus important qu’en sens inverse. Bien que plus économique en zone urbaine, la boîte auto est en revanche plus gourmande en énergie sur l’autoroute, même si les modèles les plus récents tendent à égaler les performances des systèmes manuels.

La boîte de vitesses à double embrayage

De plus en plus de voitures automatiques sont équipées de boîte de vitesses robotisée à double embrayage. Ce système récent se compose de deux demi-boîtes qui fonctionnent conjointement afin de réduire le temps de passage des rapports et les à-coups. Certains modèles proposent même au conducteur de choisir un mode de conduite automatique ou manuel via un levier de vitesses. Les boîtes à double embrayage ont ainsi l’avantage de proposer une réactivité optimale ainsi qu’une consommation de carburant égale à celle des voitures manuelles.

Vous connaissez désormais les avantages et inconvénients des boîtes de vitesses automatiques et manuelles. La principale différence entre les deux modes de transmission reste donc la consommation. Même si les écarts se réduisent de plus en plus entre les deux options, une boîte manuelle est à privilégier pour les longs trajets sur axes autoroutiers, tandis qu’une automatique est idéale en ville.

Assurance automobile : conseils et astuces

Assurance automobile : conseils et astuces

En France, souscrire à une assurance automobile est obligatoire pour tous les propriétaires de véhicules particuliers. Rouler sans assurance peut entraîner jusqu’à 1 500 € d’amende et une suspension du permis. En outre, si vous n’êtes pas assuré(e) en cas d’accident responsable, les dégâts matériels ainsi que les dommages corporels sont à votre charge et la note peut s’avérer très salée ! Aussi, mieux vaut s’assurer correctement. Entretien-Auto vous livre tous les secrets de l’assurance automobile.

Les différentes formules

Assurance automobile : les formules

Le rapport qualité / prix d’une assurance automobile est essentiel, d’autant plus que la prime se calcule en fonction d’un certain nombre de critères, dont l’état de votre véhicule et sa valeur. Sachant qu’une voiture neuve voit sa cote baisser très rapidement, il n’est pas rare de devoir changer de formule d’assurance au bout de quelques années.  

Assurance au tiers

Aussi appelée assurance responsabilité civile, l’assurance au tiers incarne le minimum légal obligatoire. Il s’agit de la forme d’assurance automobile la plus simple. Elle couvre les dommages corporels et matériels subis par un tiers en cas d’accident dans le cas où votre responsabilité est engagée. Si votre véhicule n’a pas beaucoup de valeur, mieux vaut choisir cette prime. Attention : cette assurance ne rembourse pas les dommages potentiels que vous et votre véhicule pouvez subir. En revanche, elle indemnise vos passagers s’ils sont blessés. Le montant de la prime varie selon les compagnies d’assurance, mais il est calculé sur la même base comportant plusieurs critères : le modèle et la puissance de votre véhicule, votre âge, votre lieu de résidence et votre coefficient de bonus / malus.

Assurance au tiers + vol, incendie, bris de glace

Vous pouvez accéder à une formule intermédiaire en complétant votre assurance au tiers par des garanties supplémentaires. Les modalités du contrat, les garanties proposées et le tarif de la prime sont très variables en fonction des assureurs. Cette formule combinée vous permet non seulement d’être couvert(e) en cas d’implication responsable dans un sinistre, mais aussi d’être remboursé(e) en cas de vol, d’effraction, de bris de glace, de dégâts non accidentels (grêle, incendie…). En plus des critères de calcul de la prime d’assurance au tiers, la formule intermédiaire prend en compte votre profession et le fait que vous disposiez ou non d’un garage pour votre voiture. La bonne nouvelle, c’est que le coût des garanties complémentaires à votre assurance au tiers ne dépend pas du système de bonus / malus. Pour autant, n’y allez pas les yeux fermés et prêtez particulièrement attention aux franchises. Ne négligez pas non plus les exclusions prévues dans la proposition de contrat.

Assurance tous risques

Si votre voiture est un modèle coûteux, mieux vaut choisir le contrat tous risques. Il s’agit de la formule la plus complète. Elle comprend généralement l’assurance responsabilité civile, une garantie dommages, collision et vandalisme, les couvertures concernant les catastrophes naturelles et technologiques, ainsi qu’une garantie attentat et actes de terrorisme. En outre, elle vous couvre en cas d’accident quelle que soit votre part de responsabilité. Si la souscription à ce contrat est plus onéreuse que les autres, la formule tous risques vous permet d’avoir l’esprit tranquille quoi qu’il arrive. Lisez tout de même la proposition avec attention afin de vous assurer que la couverture offerte est conforme à vos besoins et qu’il n’est pas nécessaire d’y adjoindre une garantie supplémentaire.

Assurance au kilomètre

L’assurance au kilomètre n’est pas un contrat d’assurance au même titre que les autres et ne peut en aucun cas se substituer à l’assurance au tiers obligatoire. Il s’agit plutôt d’un aménagement de votre contrat, basé sur le nombre de kilomètres que vous effectuez. Vous pouvez très bien choisir n’importe quelle autre formule et la combiner avec le système d’assurance au kilomètre. A bannir pour les gros rouleurs, cette option peut en revanche s’avérer très intéressante si vous utilisez peu votre auto. Cela implique un forfait kilométrique que vous ne devez pas dépasser, sous peine de pénalités à payer à votre assureur. Un relevé de compteur s’effectue à la souscription du contrat, puis une fois par an. Si vous n’atteignez pas le kilométrage fixé, vous pouvez être remboursé(e) sur le nombre de kilomètres restants. Autre option possible : les reporter sur l’année qui suit.

Le système de bonus / malus

Assurance automobile : le système de bonus / malus

Le système de bonus / malus, aussi appelé coefficient de réduction / majoration, a été mis en place par les pouvoirs publics afin de responsabiliser les automobilistes. Le principe ? Vous partez du coefficient 1, qui baisse de 5 % chaque année à condition de ne pas avoir d’accident. Au bout de 13 ans sans implication responsable, vous bénéficiez d’un coefficient de 0,5, et votre prime d’assurance baisse proportionnellement. Vous ne pouvez pas descendre en dessous. C’est ce qu’on appelle le bonus. Le malus en revanche intervient lorsque vous êtes impliqué(e) dans un sinistre. Dans ce cas, votre coefficient est multiplié par 1,25 ou 1,125 en fonction de votre degré de responsabilité (totale ou partielle). Sachez que même avec plusieurs accidents à votre actif, votre coefficient ne peut pas grimper au-delà de 3,5.

Les astuces pour faire des économies sur l’assurance auto

Les astuces pour faire des économies sur l'assurance automobile

Comparer les assureurs

Avoir recours à un ou plusieurs comparateurs peut vous donner une bonne idée des prestations les plus avantageuses pour vous. Cela est d’autant plus nécessaire que chaque assureur a sa propre base de calcul. Cela mène fatalement à de fortes variations de prix d’une compagnie à l’autre pour des garanties similaires. Comparez et profitez de votre devis d’assurance auto en ligne avec la Macif.

Acheter de préférence une voiture ancienne

L’un des critères de calcul majeur de la prime d’assurance est bien évidemment la valeur de votre voiture. Or plus celle-ci est ancienne, moins la prime est élevée. Privilégiez donc les modèles de plus de 5 ans et affichant au moins 100 000 km au compteur.  

Choisir un modèle de faible cylindrée

L’assureur tient compte du nombre de chevaux fiscaux de votre auto. Plus la motorisation de votre véhicule est modeste, plus le tarif de la prime descend.

Prendre à sa charge les sinistres mineurs

En vous acquittant des charges découlant de petits sinistres sans les déclarer, vous évitez le malus. Cela revient à payer moins maintenant, pour éviter d’avoir à payer plus par la suite.

Augmenter sa franchise à condition de ne pas avoir d’accident 

La franchise est le montant restant à la charge du conducteur une fois que l’assurance a remboursé sa part. Si vous roulez prudemment et n’avez aucun accident à votre actif, il peut être intéressant financièrement d’augmenter le plafond de votre franchise. En effet, cela vous permet de réduire vos coûts mensuels d’assurance automobile.

Obtenir une réduction en achetant un antivol

Sachez que l’assureur peut réduire votre prime si vous achetez un antivol, facture à l’appui.

Négocier le montant de la prime

En raison des différences de prix sur le marché des assurances automobiles, il est tout à fait possible de négocier votre prime, notamment auprès des prestataires dont les tarifs ne sont pas fixes. Vous pouvez également renégocier un contrat d’assurance souscrit quelques années plus tôt s’il n’est plus en adéquation avec la valeur actuelle de votre voiture.

Opter pour la conduite accompagnée

Les assureurs partent du principe que les jeunes conducteurs sont plus impliqués dans les sinistres que les autres, ce qui est malheureusement vrai d’après les statistiques françaises. Aussi, les nouveaux titulaires du permis se voient imposer une surprime de 100 %. Fatalement, celle-ci fait augmenter le coût de leur assurance automobile. Or les jeunes conducteur ayant choisi le forfait conduite accompagnée à l’auto-école bénéficient d’une réduction de leur surprime de moitié (50 % au lieu de 100 %).

Choisir un modèle peu polluant

Certains assureurs offrent des réductions pour les véhicules rejetant moins de 120 g de CO2 par kilomètre. En outre, il est possible de négocier une remise sur votre cotisation avec votre compagnie d’assurance si vous utilisez régulièrement les transports en commun. Une prise en charge partielle de votre abonnement est même négociable ! Pourquoi se priver ?