Permis : le stage de récupération de points

Permis : le stage de récupération de points

Suite à une infraction routière entraînant une perte de points sur votre permis de conduire, vous pouvez être amené(e) à effectuer un stage de récupération de points. Entretien-Auto vous explique comment ça marche.

Dans quels cas le stage de récupération de points s’impose-t-il et sous quelles conditions ?

Stage de récupération de points sur le permis de conduire : conditions

Le stage de récupération de points est obligatoire dès la perte de 3 points sur un permis de conduire probatoire (jeune conducteur). Il peut également être imposé suite à une décision judiciaire (alternative à la poursuite et à la composition pénale, partie d’une peine complémentaire) et, dans ce cas de figure, n’entraîne pas de récupération de points sur le permis. Il est également possible d’effectuer ce stage sur la base du volontariat.

Pour pouvoir participer à une session, il faut remplir plusieurs conditions :

    • Ne pas avoir participé à un stage identique depuis au moins un an et un jour : un seul stage de récupération de points est autorisé par conducteur par an.
    • Disposer d’un permis valide : lorsqu’un permis tombe à 0 point suite à l’infraction de trop, une lettre 48Si est envoyée au titulaire pour l’invalider. Tant que cette lettre en recommandé avec accusé de réception n’est pas arrivée chez vous, il vous est encore possible d’effectuer un stage volontaire afin de faire remonter votre solde de points et pouvoir demander ainsi l’annulation de l’invalidation, mais il ne faut pas perdre de temps. En effet, dès réception de ce courrier, le stage est impossible.
  • Pour un permis probatoire ayant perdu 3 points, le titulaire doit venir avec la lettre 48n (envoyée à son domicile).

Le coût d’un stage de récupération de point varie de 115 € à 230 € selon le lieu, le centre organisateur et la date de la session.

Déroulement et modalités du stage de récupération de points

Stage de récupération de points sur le permis de conduire : déroulement

Le stage de récupération de points se déroule dans un lieu agréé par la Préfecture concernée. Durant cette session de 2 fois 7 heures, plusieurs sujets sont abordés, mais ils incarnent tous des facteurs d’insécurité routière : la vitesse, la fatigue au volant, la consommation d’alcool ou de stupéfiants… L’échange est constant entre les intervenants (un psychologue et un spécialiste de la formation à la sécurité routière) et les conducteurs assistant au stage, tant durant les présentations théoriques que pendant les exercices proposés, car l’objectif est avant tout pédagogique et préventif.

Assister à l’intégralité de la formation en respectant les horaires imposés vous permet de récupérer automatiquement et quasi immédiatement (dès le lendemain du stage) jusqu’à 4 points sur votre permis dans la limite du plafond maximum de votre permis : 12 points pour un conducteur normal, 6 points pour un jeune conducteur.

Attention : si la durée de stage est toujours fixée à 2 jours consécutifs, ce dernier n’empiète pas sur le dimanche. Aussi, c’est à vous de vous organiser. Votre présence et votre ponctualité sont les critères essentiels pour que l’organisme agréé puisse vous délivrer l’attestation de fin de stage qui témoigne de la restitution de vos points, car ce dernier ne comporte aucun examen qui validerait vos acquis durant cette formation.

En résumé

Permis : le stage de récupération de points

Le joint de culasse usé : un ennemi pour votre voiture

Le joint de culasse

Le joint de culasse c’est la pièce la plus fragile d’un moteur mais aussi la plus importante. C’est elle qui relie la culasse au bloc-cylindres et qui permet d’éviter que l’eau qui circule à l’intérieur du moteur ne se glisse pas au sein de ce dernier. Sa mission principale ? Assurer l’étanchéité pour éviter que le bloc ne perde en compression. On vous dit tout sur les symptômes à repérer en cas de joint de culasse endommagé.

Quels sont les signes avant-coureurs d’un joint de culasse endommagé ?

Les symptômes du joint de culasse

Pour éviter que le joint de culasse de votre véhicule ne claque, il est nécessaire de connaître les signes d’usure pour anticiper son changement. Voici les indices qui peuvent laisser penser à un joint de culasse endommagé :

  • Une épaisse fumée blanche ou bleue s’échappe de votre pot d’échappement : ce n’est pas bon signe. Un conseil ? Arrêtez immédiatement votre véhicule et appelez une dépanneuse. Autrement, vous prenez le risque de voir votre voiture rendre l’âme.
  • Si au niveau de la fermeture du réservoir du liquide de refroidissement et de l’huile moteur vous observez un effet “mayonnaise” vous avez de quoi vous inquiéter. Cette surface huileuse couleur marron signifie que le joint de culasse est usé et n’est plus assez solide pour assurer l’étanchéité.
  • A l’inverse si l’huile devient très clair cela signifie que l’eau s’est mélangée à l’huile et donc que le joint de culasse ne permet plus l’étanchéité.
  • Vous avez peut-être remarqué que votre moteur surchauffe plus que d’habitude. Pas d’inquiétude, il est possible que cela n’est rien à voir avec le joint de culasse. Pensez tout de même à vérifier sous le capot.

En bref, n’ignorez pas ces signes même s’ils ne vous paraissent pas alarmants. Il serait dommage de devoir emmener votre voiture à la casse pour ne pas avoir jeter un coup d’oeil rapide au moteur. Même le plus petit des problèmes peut avoir de lourdes conséquences sur l’état de votre véhicule.

Prévention et remplacement

Comment s’assurer du bon fonctionnement de votre joint de culasse ? Comme toute pièce d’usure, le joint de culasse va finir par s’essouffler. Cependant, il existe quelques astuces permettant de repousser la date du claquage.

Tout d’abord pensez à vérifier de temps en temps sous le capot de votre voiture. Un coup d’oeil rapide ne vous prendra que 2 minutes mais sauvera peut-être la vie de votre voiture. Ensuite, lorsque vous réalisez vos niveaux, faites le sans les surcharger et régulièrement. Et notre dernier conseil est de ne pas démarrez votre voiture trop brusquement à froid. En moyenne, c’est autour des 200 000 km qu’un véhicule a besoin de faire changer son joint de culasse. Alors plus, il vieillit plus vous devez être aux petits soins.

Comment faire remplacer un joint de culasse usé ? Cette petite pièce du moteur est en vente sur internet. Elle est très abordable puisque son prix se situe entre 10 et 50 €. Mais en réalité le prix revient beaucoup plus cher. En effet, la main d’oeuvre est onéreuse car son changement implique un long processus qui nécessite parfois de retirer le moteur. C’est donc une manipulation minutieuse qu’entreprend le garagiste. Si le véhicule est en très mauvaise état, il se pourrait même que le professionnel en charge de cette réparation doit remplacer la culasse. C’est pourquoi il faut compter entre 300 et 1500 €.

Seulement les personnes ayant une grande connaissance de la mécanique automobile peuvent se lancer dans le changement de son joint de culasse. il est vrai que cela reste sensiblement moins cher mais ceci n’est qu’une solution temporaire. Vous pouvez aussi en attendant de confier votre véhicule à un garagiste acheter des produits spécifiques à verser dans le moteur qui vont réparer au mieux le joint de culasse. Mais une fois de plus ceci n’est pas une option optimale. Nous vous invitons tout de même de consulter un spécialiste.

Notre conseil ? Si vous achetez un véhicule d’occasion pensez bien à jeter un coup d’oeil sous le capot avant la transaction.