Tout savoir sur l‘embrayage et prolonger sa durée de vie

L’embrayage est une pièce souvent méconnue et maltraitée. Or sa fonction est indispensable au fonctionnement de votre véhicule. L’équipe Entretien-Auto vous explique tout sur cet organe de votre voiture et vous apprend à déceler chez lui des signes d’usage.

Rôle de l’embrayage

L’embrayage est une pièce indispensable à la motricité de votre véhicule : il accouple et désaccouple les roues du moteur. Aussi, il est constamment en action lorsque vous êtes au volant.

Reconnaître un embrayage usé

Tout savoir sur l'embrayage

L’embrayage compte parmi les pièces maîtresses de votre véhicule, et si sa durée de vie théorique est d’environ 100 000 km pour une motorisation essence et 150 000 km pour un diesel, elle dépend en réalité surtout de la manière dont vous le traitez. En effet si vous roulez en ville par exemple, vous le solliciterez bien davantage, surtout si vous êtes du genre nerveux sur la pédale.

Justement, vous remarquez un changement de comportement lorsque vous usez de votre embrayage, ces derniers temps ? Alors peut-être commence-t-il à être usé et il vous faudra sans tarder vous rendre dans un garage ou centre d’entretien afin de régler ce souci au plus vite ! Il y a de grandes chances que votre embrayage soit usé si :

  • la pédale d’embrayage devient très dure ou, à contrario, très molle ;
  • vous trouvez que votre voiture perd en puissance car votre moteur monte dans les tours mais pas votre vitesse ;
  • vous avez du mal à passer les vitesses, surtout à froid.

Hé oui, tout le monde appréhende un passage au garage. Vous voulez être sûr de ne pas y aller pour rien ? En montant dans votre voiture, avant de démarrer, serrez votre frein à main puis tentez un démarrage à la troisième vitesse. Votre moteur a-t-il calé ? Si oui, alors vous voilà sauvé. Autrement, en route pour le garage et vite ! 

Pour retarder au maximum l’intervention lourde, délicate et coûteuse que représente le changement du kit (facilement 500 € pour une petite voiture), vous pouvez prendre soin de ce dernier au quotidien et allonger non seulement sa durée de vie, mais également celle du moteur de votre véhicule.

Préparez l’embrayage au démarrage

Ne démarrez pas brutalement, au risque de créer des à-coups et des contraintes forts. Vous risquez ainsi d’endommager plus rapidement l’ensemble de votre système . Prenez quelques respirations et relâchez votre pédale en douceur.

Laissez l’embrayage respirer sur la route

Levez le pied ! Inutile de conduire avec la semelle collée à la pédale d’embrayage “au cas où”. Vous ne vous en rendez sûrement pas compte, mais en faisant cela, vous enfoncez très légèrement la pédale et cela suffit à faire patiner le disque. Préférez poser votre pied gauche sur le repose-pied. De même, prenez le temps de bien débrayer avant de passer vos vitesses. Cela maltraite le système autant que de relâcher la pédale trop vite.  

Ne l’oubliez pas au feu rouge

Plutôt que de conserver la pédale enfoncée pour redémarrer dans le dixième de seconde suivant le passage du feu au vert, passez au point mort et relâchez l’embrayage de votre véhicule. Vous évitez ainsi de fatiguer et d’user prématurément le système. Oubliez aussi vos préjugés sur l’usage du frein à main pour les démarrages en côte : votre embrayage vous en remerciera.

Nos conseils pour prolonger la durée de vie de votre véhicule

Nos conseils pour prolonger la durée de vie de votre véhicule

Prenez soin de votre voiture, votre portefeuille vous le rendra ! Qu’il s’agisse d’habitudes de conduite ou d’opérations d’entretien, quelques gestes simples peuvent vous permettre d’allonger la durée de vie de votre véhicule et prendre la route sereinement. En outre, cela peut également vous faire réaliser des économies, car l’entretien et la maintenance automobile sont très coûteux. Entretien-Auto vous livre ses 5 conseils les plus importants quant à l’entretien de votre voiture.

Nos conseils pour prolonger la durée de vie de votre véhicule

Les 5 conseils pour prolonger la durée de vie de votre voiture

  1. Pensez à vérifier vos niveaux régulièrement, faire la vidange du moteur et remplacer les filtres (huile, air, pollen) si nécessaire. Ces opérations d’entretien sont à la portée de tout le monde et les effectuer régulièrement assure le bon fonctionnement de la partie mécanique sans compter les économies que vous réalisez ainsi : une voiture dont la mécanique est mal entretenue présente des pannes plus graves et plus fréquentes. 
  2. Il est recommandé de changer sa courroie de distribution tous les 100 000 km. Essentielle au bon fonctionnement du moteur en synchronisant ses pièces en mouvement, elle peut faire de gros dégâts si elle lâche. En outre, il est plus prudent de changer tout le kit de distribution lorsque vous changez la courroie, afin d’éviter les mauvaises surprises dues aux différences d’usure. 
  3. Les pneus sont essentiels car ils assurent la liaison avec la route. Ne pas en prendre soin peut s’avérer dangereux. Pour prolonger significativement leur durée de vie, procédez régulièrement au réglage de la géométrie et de l’équilibrage de vos pneus. Cela peut vous éviter une usure précoce ou inégale, mais surtout une prise de risque inutile sur la route. 
  4. Afin de préserver votre moteur, pensez à régulièrement emprunter l’autoroute avec votre voiture, en particulier s’il s’agit d’une version diesel. Les blocs alimentés au gazole n’apprécient pas les courts trajets qui les encrassent sans leur laisser le temps de chauffer. Ils ont ainsi besoin de se dégourdir les jambes de temps en temps pour mieux respirer.
  5. Le système de climatisation doit également fonctionner régulièrement afin de rester bien lubrifié et de ne pas laisser les bactéries s’installer. Pensez à allumer l’air conditionné quelques minutes tous les mois.

Mieux vaut prévenir que guérir

Enfin, n’hésitez pas à procéder à des entretiens automobiles préventifs et réguliers afin de détecter rapidement d’éventuels problèmes techniques. Cela vous évitera de mauvaises surprises et une facture salée en cas de panne complète !

Essuie-glaces : savoir les entretenir et les remplacer

Icône essuie-glaces

Comme toute pièce sur votre véhicule, les essuie-glaces ont une espérance de vie limitée. A leur entretien s’ajoute leur remplacement, au moins une fois par an. Pour reconnaître des essuie-glaces usés et apprendre à les changer, suivez le guide.

Les essuie-glaces, références et prix selon le véhicule

Entretenir les essuie-glaces de sa voiture

Aucune marque  n’est imposée selon la marque et le modèle de votre véhicule. Vous pouvez donc vous abstenir de choisir une marque reconnue plutôt qu’une marque de distributeur : la première vous coûtera facilement le double pour une efficacité équivalente. En revanche, vous devez impérativement respecter la référence demandée pour votre voiture, qui est notifiée sur le carnet d’entretien, document indispensable à conserver précieusement !

Comptez entre 20 et 50 € pour une paire d’essuie-glaces avant, peu importe que vous ayez une compacte toute neuve ou une ancienne berline. Pour la paire arrière en revanche, les prix sont bien plus variables en fonction des constructeurs, compte-tenu de la grande variabilité des tailles disponibles et de leurs spécificités.

Entretenir les essuie-glaces de sa voiture

L’entretien des balais et des gicleurs ? Rien de bien compliqué en soi. Mais ces petits gestes simples vont grandement influer sur la durée de vie et l’efficacité d’action de vos essuie-glaces.

  • Nettoyez régulièrement les raclettes de vos balais (attention, pas s’ils sont neufs !) à l’eau chaude, puis essuyez-les à l’aide d’un chiffon.
  • Déposez, au besoin, une fine couche de graisse silicone sur les axes des balais pour faciliter leur rotation.

Petit nota bene : si le liquide lave-glace mousse, voire pire, n’arrive pas sur votre pare-brise, c’est sans doute que les gicleurs de vos essuie-glaces sont encrassés ou mal orientés. Vous pouvez alors tenter de les déboucher en y enfonçant une aiguille chauffée à blanc, ou de les orienter correctement à la main. Si rien n’y fait, malheureusement, c’est très certainement votre pompe de lavage qui est hors d’usage et qu’il vous faut remplacer.

Quels sont les signes d’usure des essuie-glaces ?

Comment changer les balais d'essuie-glaces de sa voiture

Le meilleur moyen de s’assurer de l’état de vos balais et gicleurs d’essuie-glaces est de procéder ponctuellement à une rapide vérification visuelle. En effet, si le caoutchouc de vos balais est abîmé, vous vous en apercevrez rapidement. Néanmoins, certains indices doivent attirer votre attention :

  • si vos essuie-glaces laissent des marques sur votre pare-brise,
  • s’ils font du bruit en glissant sur la vitre,
  • s’ils reviennent à leur place par mouvements saccadés,
  • s’ils glissent mal sur le pare-brise.

Si vous constatez un seul de ces symptômes, n’attendez pas pour changer vos balais d’essuie-glaces ! Si rien ne paraît anormal, sachez que l’on conseille tout de même de changer ses essuie-glaces au moins une fois par an, de préférence à la fin de l’hiver, qui est la saison la plus éprouvante pour ces derniers.

Le changement des balais

Changement annuel ou imposé par l’état des essuie-glaces actuels de votre véhicule, arrive un moment où il faut retrousser vos manches. Pas de panique, quelques mouvements accessibles même aux non-mécaniciens et cinq minutes de votre temps seulement, sont nécessaires au changement de vos balais d’essuie-glaces.

L’emballage de nouveaux balais comporte toujours une notice d’installation, mais dans le doute, retrouvez-la également sur votre site d’entretien favori.

  • Soulevez le bras de l’essuie-glace pour le décoller du pare-brise et placez-le à l’horizontal (l’essuie-glace, pas le pare-brise).
  • Trouvez la languette sur laquelle s’enclenchent le bras et le balai et déclipsez ce dernier en pressant la languette.
  • Décalez le bras d’essuie-glace de façon à l’enlever complètement.
  • Installez le nouveau en reprenant ces étapes dans le sens inverse, puis faite de même avec le second, voire celui à l’arrière.

Et voilà ! Vous n’avez maintenant plus aucune excuse pour ne pas entretenir ni changer vos essuie-glaces !

Les produits d‘entretien automobile

Les produits d'entretien automobile

L’entretien d’un véhicule se fait de manière ciblée. Sur le marché, vous trouverez un grand nombre de produits d’entretien disponibles. Chaque produit a son utilité et il est conseillé de bien vous renseigner pour choisir le produit le mieux adapté à vos besoins. Pour vous aider, Entretien-Auto vous livre le b-a-ba des produits d’entretien automobile, et quelques astuces en prime !

Les produits d’entretien pour l’habitacle

Nettoyage et entretien intérieurs

Vous avez plusieurs zones à entretenir au sein de l’habitacle. Dans un premier temps, vous pouvez commencer par les plastiques du tableau de bord et des portières, qui sont plus sujets aux coups, aux rayures et au soleil, en employant un nettoyant plastique. Sachez que pour les plastiques durs, un peu de liquide vaisselle peut remplacer efficacement un nettoyant dédié. 

Chez les véhicules les moins jeunes, les plastiques sont vieillissants et abîmés. Aussi, il est judicieux d’utiliser un rénovateur pour plastique : un produit spécialement conçu pour redonner une seconde jeunesse aux plastiques fatigués et ternes 

Pour décrasser vos sièges et les tapis de sol, utilisez des nettoyants pour textiles ou tissus, une fois l’aspirateur passé à l’intérieur de votre voiture. N’oubliez pas de bien rincer la surface après avoir enlevé une tache à l’aide de détachant et d’une brosse rigide, afin d’éviter tout risque d’auréole. Si vous ne disposez pas de produit adapté, l’eau oxygénée possède d’excellentes propriétés détachantes. Vous pouvez également désodoriser vos tapis et sièges à l’aide de bicarbonate (à laisser reposer un quart d’heure). 

Attention : si vos sièges sont en cuir, évitez l’eau en trop grande quantité ainsi que les produits précédemment cités. En effet, cette matière a besoin d’être nourrie et ne supporte pas les substances acides et corrosives. Il existe des produits spéciaux dédiés au cuir, aussi efficaces pour les sièges que pour les composants de la planche de bord et les contre-portes. Si une tache tenace vous résiste, n’utilisez qu’un peu d’eau et du savon.

Quant à la poussière, un chiffon microfibre humidifié est idéal pour l’enlever. Pour la chasser des endroits difficiles d’accès, vous pouvez utiliser une bombe à air sec.

En revanche, n’utilisez que du gel nettoyant spécial écran pour les surfaces digitales !

Les produits d’entretien pour l’extérieur

Nettoyage et entretien extérieurs

Les composants extérieurs d’un véhicule sont exposés à de multiples agressions.  Le froid, l’humidité, la chaleur et les UV sont autant de menaces pour votre carrosserie, votre châssis et vos joints. Pour les combattre efficacement, vous avez à votre disposition différents types de produits : polissants, lustrants, protecteurs, nourrissants… 

Des rayures sont apparues sur votre carrosserie ? Employez des produits efface-rayures pour les faire disparaître et enduisez votre véhicule de cire protectrice. Vos joints sont craquelés ? Un peu de glycérine peut faire des miracles. 

Pour nettoyer votre carrosserie, vous pouvez utiliser des produits simples comme du shampoing ou quelques gouttes de produit vaisselle. Pour un rendu brillant lors du séchage finissez avec une peau de chamois.

Vous avez également à votre disposition des produits chargés de détacher les particules de goudron incrustées dans votre pare-chocs.

Pour nettoyer et rénover vos jantes/enjoliveurs, vous pouvez là aussi employer du shampoing, du produit vaisselle ou encore du vinaigre d’alcool. Ayez confiance, les remèdes de grands-mères fonctionnent généralement très bien.

Pour la partie “vitrage”, vous pouvez faire appel au traditionnel produit lave-vitre, ou à des lingettes microfibres. En outre, sachez que le vinaigre blanc aide à les protéger en hiver contre les agressions du froid.

Où les trouver ?

Les produits d'entretien automobile

Les produits d’entretien automobile sont vendus en grandes surfaces, dans les magasins spécialisés, en stations-service, en centres automobiles, chez votre concessionnaire ou encore sur Internet. Assurez-vous dans ce dernier cas de la fiabilité du site. 

Sachez aussi qu’il existe des produits plus écologiques, fabriqués sans solvant et ne nécessitant pas d’eau à l’emploi.  Vous évitez ainsi le gaspillage et le rejet d’eau souillée.

 

Faire la vidange moteur de sa voiture

Pour assurer le bon fonctionnement du moteur de votre voiture et lui éviter d’importants dommages, il convient de régulièrement procéder à une vidange moteur. Entretien Auto vous guide dans cet entretien simplissime.

Pourquoi effectuer une vidange moteur ?

faire la vidange moteur de sa voiture

L’huile est un liquide essentiel à la longévité et au bon fonctionnement du moteur de votre véhicule. Cet élément empêche la friction des articulations des pièces mobiles du moteur mais, au fil du temps, l’huile perd ses propriétés et protège de moins en moins bien le moteur de votre voiture.

C’est pourquoi il est conseillé, au moins une fois par an, de réaliser une vidange de l’huile moteur de votre auto. Vous pouvez effectuer vous-même cette manipulation simple et rapide qui vous permettra d’éviter une casse moteur.

Comment faire la vidange moteur de sa voiture ?

Quels outils pour faire la vidange de sa voiture ?

  • Clé de vidange adaptée (souvent carré de 10 mm)
  • Bidon de récupération d’huile
  • Chiffons
  • Clé pour filtre à huile (si nécessaire ; normalement le filtre à huile est serré à la main, on peut donc le desserrer de la même manière)

Quelles étapes pour faire une vidange moteur ?

  1. Surélevez votre voiture.
  2. Enlevez la jauge à huile ou le bouchon de remplissage pour faire un appel d’air.
  3. Si vous venez de faire tourner votre moteur, laissez-le refroidir 30 minutes pour éviter tout risque de brûlures.
  4. Placez un bac sous le carter du véhicule pour y recueillir l’huile usagée.
  5. Dévissez le bouchon de vidange en vous méfiant du jet d’huile qui peut atteindre 50 cm. Attention également à la température de l’huile si vous faites votre vidange sur un véhicule dont le moteur a tourné.
  6. Laissez l’huile s’égoutter.
  7. Au besoin, changez le filtre à huile. Lisez ce guide pour vous aider, ou passez à l’étape suivante.
  8. Revissez le bouchon avec son joint neuf.
  9. Retirez le bac et versez l’huile de vidange dans un bidon.
  10. Reposez votre voiture sur ses roues et commencez à la remplir d’huile neuve. Le niveau se contrôle sur la jauge.
  11. Attendez quelques instants que l’huile descende jusqu’au carter.
  12. Si vous avez changé votre filtre à huile, vous devez faire tourner le moteur après remplissage : le filtre va en effet se remplir d’un demi-litre d’huile et il faudra remettre l’équivalent dans le moteur.
  13. Votre vidange est terminée lorsque le niveau d’huile se trouve au repère supérieur de la jauge d’huile.

A savoir

  • Toutes les voitures ne nécessitent d’effectuer une vidange moteur au même moment ; pour connaître les laps de temps à respecter entre chaque, consultez le carnet d’entretien de votre véhicule.
  • Reportez-vous également au carnet d’entretien de votre voiture pour connaître la qualité de l’huile à utiliser pour votre moteur.

Légalement, le fournisseur d’huile neuve est tenue de vous reprendre l’huile usagée. Vous pouvez aussi demander à un garagiste s’il accepte de la reprendre. Vous ne devez en aucun cas jeter l’huile usagée dans la nature.

Filtre à air : le connaître et le remplacer

Icône filtre à air

Un filtre à air encrassé est un risque d’endommagement du moteur de votre voiture et de surconsommation de carburant. Lorsque les signes de son usure se font sentir, apprenez à le remplacer vous-mêmes sans passer dans un garage spécialisé.

A quoi sert le filtre à air ?

Quand et comment remplacer son filtre à air ?

Véritable poumon de votre voiture, le filtre à air s’assure que l’air arrive en quantité suffisante et proprement dans le moteur. Ce dernier a en effet besoin d’être alimenté d’un mélange d’air et de carburant afin de fonctionner. Le filtre à air protège dans le même temps le moteur en retenant les impuretés du flux d’air entrant dans le moteur. Il permet d’assurer la bonne qualité du mélange air-carburant.

Les risques d’un filtre à air encrassé

Si la pièce est encrassée, alors le filtrage ne se fera plus correctement et le moteur ne recevra plus la quantité et la qualité d’air nécessaire pour la bonne combustion du carburant. Ce type de problème peut entraîner des dysfonctionnements du moteur ainsi qu’une surconsommation d’essence significative, de 10 à 25 %.

Un filtre d’air encrassé peut également affaiblir votre voiture et rendre les accélérations de celle-ci moins vive. Un signe notable est également le rejet d’une fumée d’échappement épaisse et noire.

Si vous vous apercevez que le filtre à air de votre voiture est sale, n’essayez pas de le nettoyer car cela sera en effet. Un filtre encrassé doit nécessairement être remplacé.

Il faut donc vérifier le filtre à air à chaque vidange et le remplacer toutes les deux vidanges.

Quand remplacer son filtre à air ?

Rôle et fonctionnement du filtre à air

Il est vivement conseillé de changer le filtre à air de sa voiture chaque année ou tous les 20 000 km. Si vous roulez beaucoup et notamment en ville ou dans des zones poussiéreuses, il vous faudra alors le remplacer plus fréquemment.

Quels outils sont à prévoir ?

  • Un filtre à air neuf
  • Des tournevis peuvent être utiles pour ouvrir la boîte à air
  • Un chiffon humide ou un aspirateur
  • Le livret constructeur de la voiture

Comment remplacer son filtre à air ?

Sachez qu’il est très facile de changer votre filtre à air vous-mêmes, et le passage chez un garagiste n’est pas nécessaire pour effectuer cette opération. Commencez par ouvrir le capot de votre voiture pour atteindre l’emplacement du filtre à air. Afin de localiser sa position, référez-vous à la notice constructeur du véhicule.

  1. Ouvrez la boîte à air. Le couvercle peut être vissé, clipsé, ou verrouillé par une légère rotation sur des ergots. Parfois pour y accéder, il vous sera nécessaire de démonter quelques tuyaux.
  2. Retirez le filtre à air usagé. Profitez-en pour nettoyer le fond du boîtier avec un aspirateur ou bien un chiffon humide afin d’accueillir la nouvelle pièce dans les meilleures conditions.  
  3. Installez le nouveau filtre à air dans son emplacement.
  4. Refermez correctement le boîtier.

Grâce à cette opération simple et rapide, votre moteur peut respirer à nouveau ! N’oubliez pas de remplacer votre filtre à air tous les ans ou tous les 20 000 km, et de vérifier de temps en temps son état.

Vous souhaitez faire réviser votre voiture ? Bénéficiez de nos promos dès aujourd’hui !

Peindre un élément de carrosserie

Icône peinture carrosserie

Comment faire pour peindre un petit élément de carrosserie ? Pour mener à bien cette tâche, Entretien-Auto vous présente la marche à suivre afin de changer et peindre un rétroviseur couleur pourpre sur une Peugeot 307.

La carrosserie : un élément qui demande de la précision

Tutoriel : la peinture d'un élément de carrosserie

Attention : il est déconseillé de faire des retouches de peinture soi-même. En effet, des auréoles plus claires de peinture pourraient alors faire leur apparition. Cette fiche pratique ne s’applique que si vous souhaitez appliquer la première couche de peinture d’un élément.

Tout le monde peut faire cette opération, à condition de respecter quelques règles. Si vous souhaitez néanmoins passer par un professionnel, sachez que selon les constructeurs la peinture peut vous coûter de quelques dizaines d’euros pour un élément comme un rétroviseur, à quelques centaines pour un élément en tôle.

Tutoriel de peinture d’un rétroviseur

  • Commencez par repérer le code couleur de la peinture de la carrosserie de votre voiture.
  • Allez chez votre constructeur pour commander la pièce, la peinture, ainsi que du vernis en bombe.
  • Vous avez tout ? vous allez pouvoir commencer à peindre votre rétroviseur !
  1. Si la pièce ne possède pas de couche d’apprêt, il faut, avec du papier de verre le plus fin possible, rayer la coque.
  2. Ne rayez surtout pas la couche d’apprêt.
  3. Secouez pendant au moins 3 minutes votre bombe de peinture pour un mélange parfait.
  4. Prenez le temps de lire la notice d’application de la peinture. Celle-ci prévaut sur tout ce qui pourra suivre dans ce guide.
  5. Posez la pièce à peindre suspension (sur des tréteaux, par exemple) dans une pièce sans poussière. La suspension est importante pour éviter la formation de boule de peinture au contact entre la pièce et le support.
  6. Ne vous approchez pas à moins de 20 cm de la pièce à peindre et pulvérisez en croix, jamais par à-coups. N’insistez pas sur une zone.
  7. Il vaut mieux que vous appliquiez trop peu de peinture que trop de peinture tout court, afin d’éviter les coulures qui sont difficilement rattrapables.
  8. Normalement, la peinture sèche vite (30 min). Appliquez de la même manière la deuxième couche de peinture.
  9. Enfin, appliquez de la même manière deux couches de vernis sur la coque.
  10. Une fois le vernis sec, vous pouvez remplacer l’ancienne pièce par la nouvelle fraîchement peinte.

Savoir lire un pneu correctement : conseils, tutoriel et indices

Savoir lire un pneu peut s’avérer très pratique pour être en mesure, par exemple, de déterminer l’usure de celui-ci. Sur les flancs de vos pneus, en plus de la marque et du modèle, vous trouverez également des informations importantes sur leurs dimensions, leurs capacités et leur structure. Entretien-Auto vous aide à les comprendre.

Schéma de lecture d'un pneu

  1. Marque et type du pneu
  2. Informations sur le pneu
  3. Indices de charge
  4. Indices de vitesse
  5. Code dimensionnel géré par le manufacturier
  6. Code optionnel propre à chaque fournisseur
  7. Semaine et année de fabrication

Informations sur le pneu

Guide d'entretien : savoir lire un pneu

Vous trouverez par exemple sur le flanc de votre pneu les indications suivantes : 195/55 R 15 (85H), ce qui signifie :

  • 195 : indique la section du pneu (sa largeur) en millimètre. Plus ce chiffre est élevé, plus le pneu est large.
  • 55 : indique la série du pneu (c’est le ratio “hauteur du flanc/largeur de la semelle”). Ici, la hauteur du flanc correspond à environ 55 % de la section.
  • R : signifie architecture radiale.
  • 15 : ce chiffre indique le diamètre intérieur du pneu en pouce (un pouce = 2,54 cm). Cela correspond à la dimension de la jante sur laquelle il sera monté.
  • 85 : l’indice de charge. Cela correspond à la charge maximale que peut supporter le pneu à son gonflage maximum. Ici, 515 kg [ Voir le tableau de correspondance ], ce qui signifie que vous ne devez pas dépasser un poids total en charge de 2 tonnes (515 x 4).
  • H : il s’agit de l’indice de vitesse maximum pour laquelle le pneu a été conçu. Ici vitesse maximale : 210 km/h (voir le tableau de correspondance).

Indices de charge

  • indice 60 : 250 kg max par pneu (à sa vitesse la plus élevée)
  • 61 : 257 kg
  • 62 : 265 kg
  • 63 : 272 kg
  • 64 : 280 kg
  • 65 : 290 kg
  • 66 : 300 kg
  • 67 : 307 kg
  • 68 : 315 kg
  • 69 : 325 kg
  • 70 : 335 kg
  • 71 : 345 kg
  • 72 : 355 kg
  • 73 : 365 kg
  • 74 : 375 kg
  • 75 : 387 kg
  • 76 : 400 kg
  • 77 : 412 kg
  • 78 : 425 kg
  • 79 : 437 kg
  • 80 : 450 kg
  • 81 : 462 kg
  • 82 : 475 kg
  • 83 : 487 kg
  • 84 : 500 kg
  • 85 : 515 kg
  • 86 : 530 kg
  • 87 : 545 kg
  • 88 : 560 kg
  • 89 : 580 kg
  • 90 : 600 kg
  • 91 : 615 kg
  • 92 : 630 kg
  • 93 : 650 kg
  • 94 : 670 kg
  • 95 : 690 kg
  • 96 : 710 kg
  • 97 : 730 kg
  • 98 : 750 kg
  • 99 : 775 kg
  • 100 : 800 kg
  • 101 : 825 kg
  • 102 : 850 kg
  • 103 : 875 kg
  • 104 : 900 kg
  • 105 : 925 kg
  • 106 : 950 kg
  • 107 : 975 kg
  • 108 : 1000 kg
  • 109 : 1030 kg
  • 110 : 1060 kg

Indices de vitesse

  • indice A1 : 5 km/h de vitesse max
  • A2 : 10 km/h
  • A3 : 15 km/h
  • A4 : 20 km/h
  • A5 : 25 km/h
  • A6 : 30 km/h
  • A7 : 35 km/h
  • A8 : 40 km/h
  • B : 50 km/h
  • C : 60 km/h
  • D : 65 km/h
  • E : 70 km/h
  • F : 80 km/h
  • G : 90 km/h
  • J : 100 km/h
  • K : 110 km/h
  • L : 120 km/h
  • M : 130 km/h
  • N : 140 km/h
  • P : 150 km/h
  • Q : 160 km/h
  • R : 170 km/h
  • S : 180 km/h
  • T : 190 km/h
  • H : 210 km/h
  • V : 240 km/h
  • W : 270 km/h
  • Y : 300 km/h
  • VR : >210 km/h
  • ZR : >240 km/h

Les lettres V et Z peuvent avoir des significations différentes suivant les fabricants.

Filtre à pollen : reconnaître ses défaillances et le changer

Icône filtre à pollen

Le filtre à pollen est là pour assurer au conducteur et ses passagers une bonne qualité de l’air à l’intérieur du véhicule. L’équipe Entretien-Auto vous dit tout sur cet organe garant de votre confort au volant.

Fonction du filtre à pollen

Rôle et fonctionnement du filtre à pollen

Le filtre à pollen également appelé filtre d’habitacle est un élément essentiel dans le système de ventilation à l’intérieur de la voiture. En effet, c’est lui qui va retenir tous les allergènes extérieurs comme les gaz d’échappement, le pollen ou encore les particules lorsque vous suivez une voiture. 

Il en existe trois types. Le filtre à pollen simple est blanc. Il protège essentiellement les passagers du pollen et des particules. Quant au second, il est appelé filtre à charbon actif. De couleur grise, il empêche la pollution et les odeurs de passer à l’intérieur de l’habitacle, en plus des allergènes. Il est donc plus efficace, mais aussi plus cher.  Quant au dernier, il s’agit du filtre traité au polyphénol, appelé aussi filtre anti-allergène. Comme son nom l’indique, il est extrêmement efficace pour neutraliser tous les allergènes et garantir une meilleure qualité de l’air aux passagers.

Il est tout à fait possible de remplacer un filtre simple par un filtre à charbon actif si vous êtes particulièrement sensible à la pollution et aux nuisances olfactives.

Signes de défaillance du filtre à pollen

Filtre à pollen neuf vs filtre à pollen usagé

Il est conseillé d’effectuer un contrôle visuel régulier du filtre d’habitacle. Ce contrôle est généralement rapide.

Certains indices peuvent vous signaler qu’il est temps d’effectuer le remplacement du filtre d’habitacle :

  • un filtre à pollen encrassé peut réduire considérablement le flux d’air de la soufflerie et empêcher le désembuage du pare-brise ;
  • la ventilation est moins puissante et dégage une odeur désagréable.

Changer un filtre à pollen est une opération de maintenance assez aisée. L’effectuer vous-même peut vous permettre de faire des économies sur l’entretien déjà onéreux de votre voiture. Entretien-Auto vous accompagne étape par étape.

Sachez d’abord qu’il n’existe pas de préconisation constructeur en ce qui concerne le filtre à pollen. En effet, son usure dépend de l’usage quotidien ou non de la voiture et de l’environnement (urbain, rural…) dans lequel elle roule. Ainsi, un véhicule utilisé en zone urbaine verra son filtre d’habitacle s’encrasser plus rapidement à cause de la concentration des émissions polluantes dues aux gaz d’échappement.

Quels outils prévoir?

  • Un filtre à pollen neuf
  • Des tournevis peuvent être utiles pour ouvrir le boîtier
  • Le livret de la voiture
  • Un chiffon ou un aspirateur

Comment remplacer un filtre à pollen ?

  1. Dans un premier temps, repérez l’emplacement de la boîte de filtration (celle-ci peut être derrière des caches ou des protections carton). En effet, le filtre d’habitacle peut se cacher dans le compartiment moteur, mais aussi sous la boîte à gants ou les essuie-glaces. Tout dépend du modèle du véhicule concerné.
  2. Une fois le filtre repéré et dégagé, retirez son cache. N’oubliez pas de comparer le filtre usagé à celui que vous vous apprêtez à lui substituer afin de vous assurer que c’est bien le bon.
  3. Retirez le filtre à pollen. Il est conseillé de nettoyer le fond du boîtier avec un aspirateur ou bien un chiffon humide.  
  4. Aspergez de l’antibactérien sur le nouveau filtre et dans les tuyaux.
  5. Installez le nouveau filtre à pollen dans son emplacement.
  6. Refermez correctement le boîtier

Bougies d‘allumage : les connaître et savoir les remplacer

Icône bougies d'allumage

Les bougies d’allumage sont un organe important pour le bon fonctionnement de votre auto. Bien les connaître peut vous permettre de comprendre leur impact sur le reste de la mécanique et diagnostiquer un problème lié le cas échéant. Aussi, Entretien-Auto vous explique tout sur ces pièces indispensables.

La fonction des bougies d’allumage

Bougies d'allumage d'une voiture

Les bougies d’allumage sont nécessaires à l’inflammation du mélange air/essence comprimé dans tous les moteurs alimentés à l’essence, lors des départs à froid. En effet, leur rôle est de déclencher l’étincelle indispensable à l’allumage du moteur, d’où leur nom. Les moteurs diesels, quant à eux, ne disposent que de bougies de préchauffage.

Souvent négligées, les bougies d’allumage subissent de très importantes contraintes :

  • elles doivent résister à des tensions de l’ordre de 30 000 Volts ;
  • les températures peuvent aller à plus de 950°C lors de la combustion.

Caractéristiques d’une bougie d’allumage

La bougie est constituée d’une électrode centrale, isolée par de la porcelaine. La longueur de l’isolant détermine la température de fonctionnement de la bougie : plus il est long, plus la bougie sera chaude. La bougie est habituellement alimentée en électricité par une bobine.

Schéma explicatif d'une bougie d'allumage

On compte d’ordinaire une bougie par cylindre sur un moteur. Cependant, afin d’optimiser la combustion, certains ce sont munis de deux bougies d’allumage par cylindre.

L’écartement des électrodes est fixé par le constructeur du moteur en fonction du taux de compression, du carburant utilisé, de la puissance de la bobine d’allumage, et, pour finir, de l’énergie escomptée. Cet écartement est généralement fixé entre 5 et 9 dixièmes de millimètre.

La qualité des bougies d’allumage conditionne celle de leurs étincelles et donc le degré de combustion. Aussi, c’est l’un des composants qui déterminent le comportement de votre moteur.

Remplacer des bougies d’allumage est une opération de maintenance à la portée de tout le monde. En outre, cela coûte au maximum 30 €, à condition de respecter quelques règles simples. Ainsi, pas besoin d’avoir recours aux services onéreux d’un professionnel de l’entretien automobile. Entretien-Auto vous explique comment vous y prendre.

Les pannes des bougies d’allumage

Les dysfonctionnements des bougies d’allumage les plus courants sont dus à :

  • une température excessive, qui entraîne une fusion des électrodes appelée “perlage” ;
  • l’usure des électrodes, qui entraîne un dé-réglage,
  • l’encrassement, souvent à cause d’une mauvaise combustion,
  • un isolant en porcelaine cassé,
  • un mauvais serrage, qui entraîne un mauvais réglage et une perte de compression.

Une défaillance des bougies d’allumage peut entraîner un essoufflement du moteur et une surconsommation de carburant, donc plus de pollution.

Si la plupart des constructeurs recommandent un remplacement des bougies d’allumage tous les 30 000 à 60 000 km, certains préconisent de remplacer les bougies d’allumage tous les 10 000 kilomètres. Tout dépend du modèle, de sa mécanique et de son ancienneté. 

Le remplacement des bougies d’allumage

Remplacement des bougies d'allumage

Attention : les nouvelles bougies doivent correspondre exactement aux recommandations du constructeur !

  1. Se reporter au manuel du constructeur pour localiser les bougies (une bougie par cylindre, normalement). Mais surtout, il est important d”effectuer cette opération à froid. Si votre moteur vient de tourner, laissez-lui le temps de refroidir.
  2. Débranchez la borne négative de la bougie. Il est important de ne pas tirer sur ses fils !  Si le système comporte uniquement une bobine d’allumage à rampe, débranchez simplement le connecteur pour accéder aux bougies. Idem si le dispositif comprend une bobine par bougie.
  3. Desserrez la première bougie bougie grâce à une clé à bougies. Marquez le fil de chaque bougie afin de ne pas vous tromper de cylindre lorsque vous remonterez la nouvelle.
  4. Pensez à bien vérifier si les deux bougies que vous vous apprêtez à intervertir sont identiques ! Assurez-vous également que la bougie neuve ne présente pas de défaut (porcelaine cassée, écartement anormal des électrodes, embout de connexion pas assez serré…).
  5. Mettez alors en place la bougie neuve en utilisant la clé à bougies qu’au dernier moment afin de ne pas abîmer le filetage. La bougie doit être bien droite.
  6. Vous ne devez forcer à aucun moment ! Serrez raisonnablement, puis remettez en place le câble d’allumage. Vous sentirez le cran vous indiquant qu’il est en place. 
  7. Remontez les bobines ou les fils.
  8. Répéter l’opération pour toute les autres bougies.