Les points à vérifier avant d’acheter une voiture d’occasion

Les points à vérifier avant d'acheter une voiture d'occasion

Vous souhaitez changer de véhicule et envisagez d’acquérir une voiture d’occasion ? Vous avez raison : à bien des égards, l’achat d’occasion auprès d’un particulier peut vous permettre de réaliser une bonne affaire ! Pour éviter les mauvaises surprises et les dépenses non prévues, Entretien-Auto vous liste les points à vérifier avant d’acheter.

L’inspection de la voiture

Acheter une voiture d'occasion : l'inspection

Dans un premier temps, il est important d’examiner le véhicule en détail, si possible en journée et par temps clair afin de ne rien manquer. Examinez la carrosserie pour trouver d’éventuelles traces de rouille, en particulier si le modèle n’est plus tout jeune. N’oubliez pas d’inspecter le châssis et la ligne d’échappement qui sont des organes clés, chers à remplacer ou à réparer. Surtout, portez une attention particulière aux roues : assurez-vous que les pneus ne présentent pas d’hernie ni de déchirure et que l’usure des pneus soit la même des deux côtés. Si ce n’est pas le cas, cela peut être le signe d’un défaut de parallélisme des roues. Veillez à tester l’ouverture et la fermeture de toutes les portières : une porte qui ferme mal peut laisser rentrer l’humidité en hiver. Pensez aussi à contrôler l’état des vitres et des feux, ainsi que leur fonctionnement.

N’hésitez pas à demander à jeter un oeil sous le capot et ne prenez pas tout ce que le vendeur vous dit pour acquis. Pour inspecter l’état de la mécanique, vous pouvez faire appel à un ami ou à un professionnel pour vous accompagner si vous n’êtes pas à l’aise (entre 100 et 150 € de prestation tout compris depuis la sélection jusqu’à la transaction avec toutes les vérifications). Examinez l’état des durits avec de potentielles traces de fuite (à vérifier aussi sous la voiture si elle est stationnée au même endroit depuis un petit moment), assurez-vous qu’aucun dépôt blanc n’est présent sur les bornes de la batterie, contrôlez les niveaux d’huile et du liquide de refroidissement… Chaque indice peut traduire la qualité de l’entretien dont a bénéficié la voiture d’occasion auparavant : une belle carrosserie lavée et remise à neuf peut cacher bien des déficiences !

Une fois au volant

Acheter une voiture d'occasion : au volant

Une fois derrière le volant, inspectez l’état général de l’habitacle et vérifiez en particulier sous les tapis de sol qu’il n’y a pas de tache d’humidité. En tournant légèrement le volant, assurez-vous qu’il n’y a pas trop de jeu dans la direction. Au démarrage, aucune fumée noire blanche ou bleue ne doit sortir de l’échappement. Pour checker l’état de l’embrayage, pièce particulièrement onéreuse à faire changer, faites un simple test : moteur en marche, frein à main serré, essayez de démarrer en troisième. Le moteur doit caler.

Sur la route, la direction ne doit pas être trop dure, et vous ne devez noter aucune vibration (symptôme d’un échappement fatigué) ni perte de régime à l’accélération. Soyez attentif(ve) aux éventuels bruits suspects : un son sourd au ralenti peut indiquer une bielle coulée tandis que les craquements en tournant peuvent témoigner de cardans en fin de vie. Mettez à l’épreuve les freins et l’ABS sur une ligne droite et vérifiez que, volant droit, la voiture maintient son cap. Si la boîte de vitesse est manuelle, les paliers doivent se passer et se verrouiller sans sauter ni trop résister.

Acheter une voiture d’occasion : les papiers

Acheter une voiture d'occasion : les papiers

Vient alors la partie administrative si vous êtes satisfait(e) suite à vos vérifications concernant la voiture d’occasion. Le vendeur doit vous fournir une pièce d’identité en signe de bonne foi, le carnet d’entretien du véhicule (où doivent figurer les échéances de remplacement des pièces et consommables), factures à l’appui, le certificat de situation, ainsi que le certificat de cession avec le coupon de carte grise (en attendant que vous obteniez un certificat d’immatriculation à votre nom). De plus, il est censé vous fournir un justificatif de contrôle technique valide (datant de moins de 6 mois pour un véhicule de plus de 4 ans).

 

Le contrôle technique d’une voiture de collection

Le contrôle technique d'une voiture de collection 2018

Vous avez acquis une voiture ancienne ? Entretien-Auto et Contrôletechniquegratuit.com font le point pour vous sur le contrôle technique des voitures de collection.

Les conditions pour le statut de voiture de collection

Le contrôle technique d'une voiture de collection : conditions du statut

Pour mériter d’être déclaré comme véhicule de collection, votre modèle doit remplir certaines conditions :

  • Avoir plus de 30 ans
  • Ne plus être produit
  • N’avoir subi aucune modification de ses composantes techniques essentielles : autrement dit, avoir été conservé dans son état d’origine.

Attention : même s’il a plus de 30 ans, votre véhicule n’est pas de collection s’il n’est pas déclaré et enregistré comme tel. Ce n’est pas une procédure automatique : vous devez vous en charger. Dans le cas où votre véhicule n’est pas déclaré, la règle du contrôle technique pour les voitures de collection ne s’applique pas, et vous devez passer le CT standard.

Les modalités du contrôle technique pour les voitures de collection

Le contrôle technique d'une voiture de collection : les points de contrôle

Si le contrôle technique s’est durci en 2018, rassurez-vous : il a été adapté pour les véhicules de collections en ce qui concerne les points de contrôle et la classification des défaillances, qui sont détaillées par l’Arrêté du 15 janvier 2018 – art. 2 (V). En outre, depuis l’année dernière, plus aucune restriction géographique ne s’applique : vous pouvez passer votre CT voiture de collection dans n’importe quel centre agréé en France. Le contrôle technique des voitures de collection doit être fait tous les 5 ans à quelques exceptions près. En effet, depuis février 2017, les véhicules de collection mis en circulation avant 1960 et ceux dont le PTAC dépasse les 3,5 t ne sont plus soumis à l’obligation de passer un CT.

Côté budget, les tarifs se situent en moyenne autour de 70 €. Quant à la vente de votre véhicule de collection, la réglementation classique s’applique sans aucune différence par rapport à la vente d’une voiture récente : le CT doit dater de moins de 6 mois.

Pollution : le contrôle technique se durcira encore en 2019

Contrôle technique : encore du changement en 2019

Le contrôle technique, plus sévère depuis mai, inquiète déjà de nombreux conducteurs français, mais il va encore se durcir à partir de janvier 2019 consécutivement à une directive européenne sur les émissions polluantes. Entretien-Auto et Contrôletechniquegratuit.com font le point pour vous.

Un contrôle technique plus contraignant depuis mai

Les changements du contrôle technique en 2018

Il y a un peu plus d’un mois, le nouveau contrôle technique renforcé entrait en vigueur avec ses 133 points de contrôle répartis sur 9 fonctions de la voiture susceptibles d’être concernées par pas moins de 610 défaillances. Une fois ce CT draconien passé, le soulagement était de mise pour deux années une fois le quatrième anniversaire du véhicule passé. La nouvelle n’avait à l’époque de son annonce pas fait l’unanimité, et pour cause : multiplier les points de contrôle demande plus de temps, un matériel spécialisé et peut évidemment multiplier les risques de contre-visite.

Tout cela entraîne une nécessaire hausse du prix du contrôle technique, ce qui mécontente les automobilistes français qui consacrent déjà un budget important à l’entretien de leurs véhicules. L’annonce du durcissement du CT a entraîné une affluence par anticipation, de nombreux automobilistes ayant jugé plus prudent de passer leur contrôle technique avant la réforme de ce dernier. Mais depuis l’entrée en vigueur du nouvel examen, c’est le nombre de contre-visites qui a explosé.

Un nouveau durcissement du CT en 2019… puis encore un autre en 2022

Evolution du Contrôle Technique 2018-2019

Pourtant, ceci n’était que la première étape d’une transition vers un CT actualisé. En effet, un nouveau durcissement du contrôle technique est prévu d’ici janvier 2019, concernant les normes anti-pollution, suite à une directive européenne. Cette nouvelle exigence demande un examen spécifique, porté sur l’opacité des fumées et l’analyse des gaz nocifs à l’échappement, qui fera a priori encore augmenter le prix du CT, mais aussi le nombre de contre-visites, car c’est bien là l’objectif de cette directive : d’après les experts, les diesel Euro 3 ne parviendront pas à passer les nouveaux contrôles avec succès.

Et le renforcement du contrôle technique ne s’arrêtera pas là : d’ici 2022, d’autres gaz polluants seront examinés lors du CT. L’avenir des diesel au sein du parc automobile français semble donc de plus en plus compromis : selon l’Argus, pas moins de 15 % des véhicules roulant au gazole seront concernés par une contre-visite, sans réelle possibilité de se mettre aux normes, notamment ceux mis en circulation entre 2001 et 2006. Ces véhicules seraient alors interdits de circulation.