Mode d’emploi : vendre sa voiture d’occasion en 5 étapes

Etape 1 : étudier la valeur de la voiture

Lorsque l’on décide de vendre sa voiture soi-même, on espère en tirer le meilleur prix. Mais attention tout de même car en n’étant pas suffisamment informé, il se peut que la vente ne se réalise pas. L’équipe d’EntretienAuto s’est penchée sur la question et vous dit tout afin de vendre votre voiture à coup sûr !

Étape 1 : Bien étudier la valeur de la voiture

Etape 1 : étudier la valeur de la voiture

Pour commencer, il faut connaître la valeur du véhicule sur le marché actuel de l’occasion. Il est donc conseillé de comparer avec d’autres voitures similaires en terme de modèle et d’année. Pour ce faire, il est préférable de se rendre sur plusieurs sites d’annonces automobiles. Les principaux critères à analyser sont les suivants : le kilométrage moyen, l’ancienneté moyenne, le niveau d’équipement moyen et surtout le prix de vente moyen.

Une fois toutes les informations nécessaires recueillies, il faut fixer le bon prix : un juste milieu entre votre prix idéal et la réalité du marché. A savoir, que généralement, lors de la vente de voiture d’occasion en France, une négociation entre les deux parties est fréquente.

Étape 2 : Prendre soin du véhicule

Etape 2 : Prendre soin du véhicule

Avant de présenter le véhicule à des potentiels acheteurs, il est primordial de lui refaire une petite beauté. Si le contrôle technique n’a pas eu lieu récemment, il est obligatoire de l’effectuer avant le jour de la vente (inférieur à 6 mois pour une vente de véhicule d’occasion). En terme de propreté, on conseille de nettoyer soigneusement l’intérieur et l’extérieur de la voiture. Ne pas oublier de passer un coup d’aspirateur et de nettoyer les vitres. Pour les fumeurs, pensez à vaporiser du désodorisant. Il faut également limiter un maximum les effets personnels dans la voiture, autrement l’acheteur potentiel aura plus de mal à s’y projeter.

Étape 3 : L’essai routier

Etape 3 : l'essai routier

Lors de cette rencontre avec l’acheteur potentiel, il est important de rester vigilant car les arnaques ne sont pas toujours à exclure. Tout d’abord, vérifiez que la personne est bien titulaire du permis B. Ensuite, lorsque vous procéder à l’essai, ne donnez la clé qu’une fois que vous êtes installé du côté passager. Idem à la fin de l’essai, demandez au conducteur de couper le contact et de vous rendre les clés. Quant à l’échange avec ce dernier, soyez calme et essayez de répondre, toujours avec honnêteté, à un maximum de ses questions.

Étape 4 : Préparer et finaliser la vente d’occasion

Etape 4 : finaliser la vente

Une fois l’essai routier effectué, si le potentiel acheteur est satisfait : place à la négociation ! Le but étant de satisfaire les deux parties, c’est donc à vous d’exposer tous les atouts de votre voiture et de justifier votre prix. Vous finirez obligatoirement par trouver un compromis. Après que le prix de vente soit fixé, il est nécessaire de fournir un certain nombre de documents avant de finaliser la vente :

  • le mode d’emploi du véhicule
  • le carnet d’entretien mis à jour
  • les factures liées à l’entretien du véhicule
  • l’attestation du dernier contrôle technique
  • le certificat de situation (datant de moins de 15 jours)
  • le certificat de cession (en 3 exemplaires : 1 pour le vendeur et 2 pour l’acheteur)

Étape 5 : Effectuer le paiement

Etape 5 : effectuer le paiement

Le paiement est certainement l’étape la plus délicate de la vente de voiture d’occasion. Pour ce faire, plusieurs options s’offrent à vous : le chèque de banque, le liquide, ou le virement. Le chèque de banque est plutôt commun en France car il est à la fois sécurisé et pratique pour les grosses sommes. Le document doit être établi par la banque de l’acheteur, mais cela nécessite le déplacement en banque des deux parties. Attention aux comptes non-approvisionnés, en tant que vendeur, il est essentiel de vérifier l’authenticité du chèque. Un autre moyen de paiement possible est le paiement en liquide, plus facile, il faut encore une fois être vigilant. Il est préférable d’effectuer la transaction directement dans l’agence bancaire de l’acheteur ou du vendeur. Enfin, une dernière possibilité existe : le virement. Mais son principal inconvénient est qu’il n’est pas instantané et peut prendre jusqu’à 3 jours. Encore une fois, il est conseillé d’effectuer la transaction dans une agence bancaire.

Retour de vacances : 4 étapes pour entretenir sa voiture

Retour des vacances : entretenez votre voiture

Après les mois d’été, il est important d’effectuer un petit nettoyage de votre voiture. En effet, des éléments tels que le soleil ou le sable, sont susceptibles d’endommager votre voiture. Une fois les vacances terminées, il est donc nécessaire de procéder à un nettoyage en profondeur de votre voiture. L’équipe d’Entretien-Auto vous dévoile toutes ses astuces en seulement 4 étapes !

Étape 1 :  Éliminer les plus grosses tâches

Étape 1 : éliminer les plus grosses tâches

Pendant la période des vacances, la voiture est plus souvent amenée à être stationnée en extérieur dans des conditions pas toujours idéales. Par exemple, lorsque vous stationnez votre voiture sous un arbre, des résidus peuvent se déposer sur la carrosserie, et sont généralement pénibles à nettoyer. De même, les fientes d’oiseaux doivent nécessairement être nettoyés rapidement, au risque d’abîmer définitivement la carrosserie. Afin d’éliminer ces taches, il est conseillé d’utiliser de l’eau très chaude et de frotter légèrement avec un chiffon de type “microfibre”. Si les taches persistent, le white spirit est une solution très efficace également.

Étape 2 : Vérifier sous le capot

Étape 2 : vérifier sous le capot

On y pense souvent avant le départ en vacances, mais au retour, les vérifications passent à la trappe. C’est pourquoi il est important d’effectuer quelques contrôles. Premièrement, la pression des pneus est à revoir, mais il est également essentiel d’observer l’état d’usure grâce aux témoins d’usure disposés au fond des sculptures. Deuxièmement, vérifiez le niveau des liquides et remplissez au besoin. Effectuez cette opération à froid afin de ne pas vous brûler et à plat pour ne pas fausser les niveaux. Enfin, un point de freinage est à prévoir en inspectant les disques et les plaquettes au travers des trous de la jante ou en déposant la roue.

 

Étape 3 : Nettoyer l’intérieur et l’extérieur

Étape 3 : nettoyer la voiture

Pour le grand nettoyage, il est préférable de le faire si possible à l’ombre, tôt le matin ou en fin de journée, afin d’éviter les traces de séchage. Première étape : vider toute la voiture. Une fois que cela est fait, passez un coup d’aspirateur dans l’habitacle pour enlever le sable et la saleté en passant soigneusement sur les recoins difficiles d’accès et en n’oubliant pas les vide-poches ni les dessous de tapis de sol. Pour ce qui est de l’extérieur, il est conseillé d’utiliser un jet d’eau et non un rouleau, qui risquerait d’endommager la carrosserie en raison des résidus de sable. Il est donc préférable de rincer au jet, puis de nettoyer à l’aide d’une serviette en microfibre et des produits adaptés, sans frotter intensément.

Étape 4 : Finir en beauté

Étape 4 : finir en beauté

Pour une voiture impeccable, il est possible de sécher les vitres latérales et le pare-brise à l’aide d’une raclette. Les traces de doigts disgracieuses ne seront plus que des mauvais souvenirs. De plus, si le sable persiste vraiment après les trois premières étapes, il est possible de sécher la voiture, toujours à l’aide d’une serviette microfibre. Enfin, la carrosserie mérite, elle aussi, un peu coup de rafraîchissement grâce au polish. En effet, avec le soleil, la carrosserie a tendance à se ternir. Le polish est donc une solution efficace pour redonner un peu de brillance à votre voiture.

Et voilà, grâce à ces 4 étapes, votre voiture est prête pour la rentrée !

Tout savoir sur l’E-constat, la nouvelle version du constat amiable

Tout savoir sur l'e-constat

En cas d’accident de la route, même léger, il est souvent nécessaire de faire un constat amiable. Et c’est souvent synonyme d’un mauvais moment à passer. Mais depuis 2014, une nouvelle solution sous forme d’e-constat, 100% digitale, a été mise en place afin de faciliter ce processus. La rédaction d’Entretien-Auto fait le point pour vous sur ce constat 2.0.

En quoi consiste l’e-constat ?

L'application e-constat auto, disponible sur smartphone

Le e-constat est une nouvelle alternative au constat traditionnel. Il a exactement le même but : déclarer un accident automobile à l’assureur. D’ailleurs, le constat et l’e-constat ont juridiquement la même valeur. Avec une croissance de l’utilisation des smartphones chez les Français, la Fédération Française de l’Assurance a jugé nécessaire de développer cette application afin de faciliter le processus. En effet, le constat est bien souvent considéré comme la bête noire des automobilistes lors d’un accident, de même qu’il peut parfois être vu comme une source de conflit entre les deux parties.

 

Des conditions difficiles à réunir pour remplir un e-constat

Un seul accessoire est réellement indispensable afin de rédiger un constat en ligne : le smartphone. Mais de nos jours, il est bien plus facile de trouver un automobiliste équipé d’un smartphone plutôt que d’un stylo et d’un constat papier dans sa boîte à gants. Ce qui est un peu dommage, c’est qu’actuellement, le constat en ligne est utilisable uniquement lorsqu’il remplit certaines conditions. En effet, l’e-constat ne concerne que les accidents matériels et incorporels, ayant eu lieu en France, entre deux véhicules maximum, tous deux immatriculés en France. De plus, l’accident doit avoir eu lieu en France. Notez tout de même que l’e-constat est possible lorsqu’un seul véhicule est seul accidenté. Ces restrictions justifient, certainement en partie, le fait que seulement 38 000 constats ont été fait électroniquement en 2017.

Comment procède-t-on lors d’un e-constat ?

 

Différentes étapes du e-constat

Premièrement, il est nécessaire de télécharger l’application officielle (gratuite) “e-constat auto”. Ensuite, l’utilisation est plutôt instinctive, on bénéficie d’une aide au remplissage de la déclaration, qui nous accompagne étape par étape jusqu’à la validation du constat. Lors de la rédaction d’un constat traditionnel, des erreurs peuvent parfois se glisser, et étant donné que les ratures sont prohibées, il est souvent stressant de rédiger ce dit constat. Avec l’e-constat, tous les éléments sont modifiables tant que les deux parties n’ont pas signé. De plus, des outils sont disponibles tels que la géolocalisation et l’intégration de photos afin de faciliter le processus. Dernière étape : la signature. Elle s’effectue directement via le smartphone, directement sur l’écran. Une fois le constat validé, pas besoin d’en rédiger un second, un seul suffit ! L’unique exemplaire sera ensuite envoyé par e-mail en format PDF aux deux personnes concernées. Le petit plus : sachez que l’e-constat est généralement plus rapidement traité par les assureurs. Alors n’attendez plus pour passer au e-constat !

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter le site officiel du constat électronique.