Comment bien préparer sa voiture à l’arrivée de l’hiver ? 

Préparez votre voiture à l'hiver

Les beaux jours sont désormais derrière nous, et les températures commencent à baisser considérablement. Et avec l’arrivée du froid, il est important d’adopter les bons gestes pour la préservation de votre voiture. La rédaction d’Entretien-Auto vous dévoile ses conseils et ses astuces afin que votre voiture soit bien préparée pour le grand froid !

Passez aux pneus d’hiver

Préparez votre voiture à l'hiver : passez aux pneus neige

Avec la baisse des températures au début de l’hiver, les automobilistes risquent de rencontrer prochainement des routes verglacées ou enneigées. C’est pourquoi, il est conseillé d’opter pour des pneus d’hiver, aussi appelés pneus neige. Ces derniers sont recommandés dans le cas où vous conduisez régulièrement dans des régions où la température est inférieure à 7°C. Ces pneus d’hiver permettent de bénéficier d’une protection supplémentaire face à la neige, la pluie, le brouillard ou encore le verglas. En revanche, si vous circulez dans une région où le temps est plus clément, les pneus d’hiver ne sont pas obligatoires. Effectuez tout de même un petit contrôle de l’état de vos pneus avant l’hiver.

Refaites le plein de liquide de refroidissement

On ne lui accorde pas toujours suffisamment d’attention mais le liquide de refroidissement est très important pour assurer le bon fonctionnement d’un véhicule. En effet, le liquide de refroidissement permet d’éviter la surchauffe du moteur en évacuant cette chaleur. Mais il est d’autant plus important en période de froid où la température ambiante est largement inférieure à celle du moteur. D’autant plus que le moteur est davantage sollicité en hiver. Il est donc recommandé d’utiliser un liquide de refroidissement spécifique en période hivernale. Ce dernier évitera tout risque de gel du liquide.

Faites un point sur l’état de votre pare-brise

Préparer votre voiture à l'hiver : vérifiez votre pare-brise

Premièrement, contrôlez l’état de vos essuie-glaces. Il est possible qu’après l’été, les essuie-glaces soient desséchés et par conséquent peu efficaces en cas de grosse pluie ou de givre. Si nécessaire, remplacez vos essuie-glaces avant le début de l’hiver. Ensuite, autre point essentiel : le lave-glace. En hiver, privilégiez un lave-glace antigel, plus performant en cas de grand froid. L’antigel sera capable de résister à des températures jusqu’à -30°C, tandis qu’un lave-glace classique ne sera pas efficace en dessous des 0°C.

Vérifiez votre batterie

À l’arrivée de l’hiver, il est conseillé de vérifier le niveau d’énergie de la batterie. En effet, en période de grand froid, la batterie est davantage sollicité. Cela peut avoir un impact sur son bon fonctionnement et même provoquer une panne. Si vous possédez un multimètre, vérifiez le niveau d’énergie de la batterie. Si le niveau d’intensité est inférieur à 12 V, plusieurs options sont possibles. Vous pouvez recharger la batterie directement, mais si son état est vraiment critique, il est préférable de la remplacer.

Équipez-vous contre le froid

Préparer votre voiture à l'hiver : équipez-vous contre le froid

Maintenant que votre voiture est prête pour affronter les températures négatives, il est temps de penser à vous ! Dans les mois à venir, il est certain que vous allez connaître des moments de froid en dégivrant votre pare-brise. Alors pour être paré pour l’hiver, nous vous conseillons d’être équipé d’une raclette de dégivrage et de gants. Il est même possible de trouver des moufles intégrées à la raclette. L’option idéale c’est d’avoir un garage pour y ranger votre voiture en période de froid. Si ce n’est pas votre cas, une bâche de protection est également une bonne alternative à la traditionnelle raclette dégivrante.

L’éco-entretien : les solutions écologiques d’entretien automobile

l’éco-entretien : les solutions écologiques d’entretien automobile

Comportement éco-responsable et véhicule thermique, ne sont désormais plus incompatibles. Au delà de l’adoption d’une éco-conduite, Entretien-Auto vous invite à découvrir l’éco-entretien : suivez le guide pour un petit tour d’horizon des solutions écologiques d’entretien automobile.

Des véhicules zéro émission contraignants

Véhicule électrique en recharge

Les constructeurs automobiles progressent chaque jour un peu plus vers les solutions de mobilité futures non-polluantes : électrisation des gammes, lancement de véhicules hybrides rechargeables, développement des technologies de piles à combustible fonctionnant à l’hydrogène… Pourtant, force est de constater que pour l’instant, les véhicules zéro émission disponibles sur le marché ne sont pas adaptés aux besoins ni aux moyens de tout le monde. En effet, outre leurs prix élevés, sans parler de l’installation d’une prise de recharge à domicile, leur autonomie reste très limitée par rapport à ce qu’offrent leurs homologues thermiques, et le parc automobile français ne dispose pas encore d’un réseau suffisant de points de charge pour permettre à une majorité d’opter pour une telle solution. D’autre part, la question du recyclage des batteries se pose encore.

Le marché des solutions de l’éco-entretien pour le nettoyage

L'éco-entretien : les produits et services de nettoyage écologique

En attendant que l’industrie automobile soit en mesure de démocratiser des véhicules non polluants à la portée de tous, il existe des solutions d’éco-entretien pour les propriétaires de véhicules thermiques soucieux de respecter l’environnement et leur santé.

Le marché de l’éco-entretien se développe de plus en plus, avec une offre de services et de produits articulée autour du nettoyage. Cette transition vers l’éco-entretien se développe en grande partie par des initiatives comme le service labellisé ECO ENTRETIEN d’Ecocert Environnement, ou les forfaits d’entretien dédiés aux flottes d’entreprises, sans oublier les centres d’éco-nettoyage sans eau avec des produits respectueux de l’environnement à l’instar de ce que propose SINEO.

Mais il existe aussi des marques comme Biojest Auto qui fabriquent des gammes complètes de produits d’éco-entretien que les particuliers peuvent acheter via des réseaux distributeurs : shampoing carrosserie, nettoyants et détachants habitacle, plastiques, vitres, jantes, tissus… D’autres comme Entretien Ecologique vendent directement leur gamme en ligne.

Basés sur un principe de chimie verte, les tensio-actifs naturels bannissent phtalates, phosphates et ether et offrent une composition 100 % organique. Tout en ayant exactement les mêmes propriétés détergentes, ils sont ainsi éco-responsables, mais aussi nettement moins dangereux pour la santé que les produits pétrochimiques commercialisés un peu partout. En outre, le risque est amoindri en cas d’inhalation ou d’ingestion accidentelle, par exemple.

Des produits écologiques pour l’entretien mécanique

L'éco-entretien : les produits d'entretien mécanique

A savoir aussi : avec l’âge, plus votre moteur s’encrasse, plus il pollue. Une augmentation des émissions qui pourrait poser problème au Contrôle Technique, d’autant plus avec sa réforme sévère qui s’appliquera à partir de mai 2018.

Afin de prévenir ce problème et de prolonger la durée de vie de votre mécanique, vous pouvez avoir recours à des produits spécifiques, proposés par des spécialistes comme Bardahl : des additifs à ajouter au carburant pour l’entretien des injecteurs, par exemple, disponibles sous plusieurs formes selon les fabricants (pastilles ou liquide), mais aussi des nettoyants turbo, vanne EGR, filtre à particules, admission d’air… Vous disposez ainsi de tout un traitement pour aider votre véhicule à mieux respirer.

Contrôle technique renforcé et plus cher à partir de 2018

Un contrôle technique renforcé et plus cher à partir de 2018

Le contrôle technique se durcira dès mai 2018, en passant de 124 à plus de 400 points et en imposant un délai de 24h pour effectuer les réparations. Entretien-Auto fait le point sur les nouvelles exigences auxquelles seront confrontés les automobilistes français l’année prochaine.

Un contrôle technique plus coûteux

Un contrôle technique plus coûteux

Ce n’est plus sur 124 mais sur plus de 400 points que les véhicules seront évalués pour être déclarés aptes ou non à la circulation au sein du parc automobile français. Une nouvelle qui se veut rassurante, étant données les failles de l’examen que l’on connaît aujourd’hui, tant en termes de sécurité que d’impact écologique : airbags contrôlés uniquement électroniquement, impuissance à détecter les logiciels trompeurs sur les véhicules diesel…

Mais surtout, cela signifie plus de temps passé sur les vérifications techniques par les garagistes, qui endosseront en outre des responsabilités supplémentaires et devront suivre une formation pour garder leur qualification. Autrement dit, le coût du contrôle technique actuellement situé entre 50 et 80 euros, va augmenter de manière significative. Espérons qu’il n’aille pas jusqu’à doubler.

Points de contrôle et sanctions

Points de contrôle et sanctions

Les réparations jugées nécessaires à l’issue du CT seront toujours classées en fonction de leur degré d’urgence, et le délai accordé pour remédier aux défaillances prioritaires va passer de 2 mois à 24h. Le non respect de cette échéance entraînera une interdiction totale de circuler, sauf pour amener le véhicule au garage en vue de faire réparer les défauts compris dans la liste des 146 points de contrôle dits “critiques”, définis comme “constituant un danger direct et immédiat pour la sécurité routière ou ayant une incidence sur l’environnement”.

Parmi ceux-ci, on retrouve par exemple des disques de frein trop usés, une porte fermant mal, des feux stop défectueux, un pot d’échappement mal fixé, une fuite continue de gouttelettes de liquide (autre que de l’eau), une serrure qui se bloque, la chute imminente d’une pièce de protection (pare-choc, latérale), des pneus présentant une profondeur de sculpture non conforme, une corrosion du châssis pouvant diminuer sa résistance… Autant dire que les propriétaires de youngtimers et de voitures de collection sont attendus au tournant !

Quant aux défaillances majeures (contre-visite exigée) et mineures (pas de contre-visite exigée), elles échapperont à cette immobilisation. En revanche, le coût des contre-visites augmentera lui aussi avec le niveau d’exigence.

Diminution des accidents de la route et des émissions polluantes

Diminution des accidents de la route et des émissions polluantes

Si l’objectif principal du gouvernement est la sécurité sur nos routes, la plupart des études menées sur le sujet démontrent que les problèmes d’ordre mécanique arrivent loin derrière la consommation d’alcool, la vitesse et l’inattention des conducteurs dans la liste d’importance des facteurs d’accidents de la route en France. Aussi, l’impact de ce renforcement du contrôle technique sur la sécurité routière reste à mesurer.

En revanche, ses résultats ne devraient pas se faire attendre concernant un autre enjeu clé du CT : la limitation de l’impact écologique. Le nouvel examen intégrera notamment un contrôle “5-gaz” destiné à mesurer pour un véhicule la quantité de particules et d’oxydes d’azote émise, obligeant ainsi les diesel récents à se doter d’un filtre à particules, là où le test d’opacité des fumées d’échappement laisse pour l’instant passer ce manquement à la loi de 2011. Cette opération onéreuse alourdira évidemment la facture, une nouvelle plutôt mal accueillie par les automobilistes après les vignettes Crit’Air et la circulation alternée.

Comment adopter une éco-conduite ?

Comment adopter une éco-conduite ?

Comment adopter une éco-conduite ?

Vous souhaitez réduire votre empreinte écologique ou tout simplement économiser du carburant ? Sachez qu’il existe de nombreuses astuces à suivre afin d’adopter une éco-conduite. Avec Entretien Auto, apprenez à rouler plus vert !

Adoptez une conduite douce

Levez le pied

Une conduite toute en douceur vous permettra d’économiser jusqu’à 40 % de carburant et ainsi réduire vos émissions de gaz à effet de serre. Lorsque vous roulez, la seule résistance à votre voiture est l’air. Ainsi, plus votre véhicule va vite, plus celle-ci est importante. Pour une conduite plus souple, levez donc le pied et tentez de maintenir une allure raisonnable. Par exemple, si vous roulez sur l’autoroute à 120 km /h au lieu de 130, vous économisez ainsi 1 L de carburant tous les 100 km. Modérer sa vitesse est doublement utile car cela vous permet aussi de respecter les distances de sécurité et ainsi éviter tout accident. Finalement, une vitesse constante est le secret d’une conduite propre. Si par exemple, vous êtes pris dans un bouchon et accélérez à chaque fluidification du trafic pour freiner quelques mètres plus loin, votre consommation de carburant sera plus élevée que si vous anticipez les ralentissements.

Optimisez l’aérodynamisme de votre voiture

Comme dit plus haut, l’air est l’élément qui va influer sur votre consommation de carburant selon votre vitesse. Ainsi, limiter tous les objets qui pourraient gêner l’avancée du véhicule, tels que les galeries de toit ou les porte-vélos, vous permettra d’améliorer son aérodynamisme. Ouvrir les fenêtres en grand n’est pas non plus conseillé car cela perturbe le flux extérieur.

Les bonnes pratiques d’une éco-conduite

N’accélérez pas au démarrage

Une sollicitation optimale du moteur vous permettra de faire des économies d’énergie. Ainsi, lorsque vous démarrez votre voiture, n’actionnez pas la pédale d’accélération simultanément.

En hiver, attendez un peu avant de partir

Evitez également d’accélérer trop brutalement au démarrage, notamment en hiver lorsque le moteur a besoin d’un peu de temps pour se réchauffer. Il est donc préférable de faire tourner la voiture sur place durant quelques minutes plutôt que de rouler à froid.

Évitez la climatisation

En été, essayez d’utiliser la climatisation le moins possible, surtout lors de courts trajets. Ce service, certes très agréable, a tendance à faire monter la consommation en flèche !

Passez les vitesses en douceur

Un bon passage des vitesses est aussi très important en éco-conduite. La 1ère par exemple, ne doit être utilisée que lors du démarrage. Lors d’une accélération, les vitesses supérieures doivent se passer rapidement mais sans toutefois utiliser le moteur à pleine puissance. Il faut savoir doser progressivement la montée en régime et ne pas effectuer une accélération trop forte avant de passer une vitesse. Lors de longs parcours, la 5ème n’est pas à négliger car celle-ci est moins gourmande en énergie que la 3ème.

Le frein moteur à la place du débrayage

Sur la route, privilégiez le frein moteur car cela permet au système d’injection de stopper l’alimentation en carburant. A l’inverse, si vous débrayez, le moteur continue de tourner et consomme davantage.

 Entretenez votre véhicule

Surveillez le gonflement de vos pneus

Veillez à ce que vos pneus soient toujours gonflés à la bonne pression, surtout lorsque vous vous apprêtez à effectuer un long trajet. En effet, des pneumatiques sous-gonflées accentuent la résistance au roulement et donc la consommation de carburant.

Évitez les chargements inutiles

Si vous partez en vacances et que votre voiture est très chargée, il faudra bien penser à augmenter la pression de vos pneus avant le départ, afin qu’ils puissent supporter le poids total. En effet, plus un véhicule est lourd, plus il consommera de carburant. Ainsi, lors de vos déplacements quotidiens, débarrassez-vous des objets inutiles à bord.

Entretenez votre voiture

Une voiture bien entretenue consommera nécessairement moins. Ainsi, pensez à effectuer un contrôle technique au moins tous les deux ans afin d’allonger la durée de vie de votre véhicule.

Apprenez à adopter une éco-conduite avec Entretien Auto afin de réduire votre consommation en énergie et ainsi limiter la pollution.